Partons à la découverte d’un jeune artiste finlandais qui sort ces jours ci son premier EP 4 titres. Son nom : Jaakko Eino Kalevi .

Grand échalas, visage pâle, cheveux longs, très longs, bouche pulpeuse, Jaakko Eino Kalevi semble porter sur lui tous les clichés du viking romantique. Ça c’est pour le paraître. Quant à l’être, ce jeune musicien, multi instrumentiste mais plus à l’aise derrière une batterie, publie en ce mois de décembre une des plus jolies promesses musicales pour 2014 confirmant aussi la tonalité générale qui traversera encore davantage la musique pop indie de ces prochaines années. A savoir une approche totalement décomplexée de la musique populaire des années 80 dont la forme standard semble jubilatoire à détourner

Extrait de « Memories »

les sons et les codes des années 80, c’est d’autant plus vrai que le saxophone qui était interdit de séjour dans tout le pop mondiale des années 90 et 2000 revient encore une fois ici en force.

Extrait de «No end »

Pourtant il ne faudrait pas limiter cette musique à ces clichés, car Jakko Eino Kalevi produit une musique en trois dimensions. Il y a effectivement le soubassement de chacun de ses morceaux où rythmiques, guitares et synthés semblent surgir de la mémoire de la chaine MTV naissante aux contours des années 80. Mais il y a aussi la dimension vocale du garçon, envoutante, comme glacée sous anxiolytique. Et enfin la troisième perspective, celle du mixage des chansons. Comme si Jakko Eino Kalevi avait passé sa production au thermomix (vous savez cet ustensile de cuisine qui mix en choc thermique) pour les rendre actuelles

Extrait de « Uu uu uu »

L’album de Jaakko Eino Kalevi ne sortira qu’au printemps prochain, mais il affole déjà la blogosphère. Il faut dire que le garçon a une histoire. Conducteur de tram à temps partiel à Helsinki où il vit, il est en train de devenir chez lui la première pop star finlandaise à espérer pouvoir s’exporter grâce à la signature sur le prestigieux label anglais indépendant Domino qui compte parmi ces artistes les sémillants Artic Monkeys, ou la volcanique Anna Calvi. Allez, en guise de cadeau de noël, un dernier extrait de ce EP brise glace. Chris Rea et Billie Jean en fantôme, la Avalon attitude de Brian ferry en supplément au programme

Extrait de « When you walk through them all »

La thérapie du sauna finlandais où l’on sort se rouler dans la neige après la suée est ici appliquée à la musique. Retenez bien son nom. C’est « dreamzone » de Jaakko Eino Kalevi.

dreamzone » de Jakko Eino Kalevi.
dreamzone » de Jakko Eino Kalevi. © Radio France
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.