L’actualité du jour, ce sont les élections en Israël. A cette occasion, vous nous présentez le nouvel album très attendu de l'Israélien Asaf Avidan qui sortira la semaine prochaine. Pour mémoire, vous nous aviez présenté son précédent disque en 2011 qui avait provoqué une vague d’enthousiasme sans précédent chez nos auditeurs. Ils ne devraient pas être déçus à l’écoute de ses nouvelles chansons…

Extrait de « Different pulses »

Asaf Avidan, 32 ans, né à Jérusalem, n’a pas fini de nous étonner. Il est le premier artiste israélien depuis Ofra Haza à avoir obtenu un hit mondial cet été grâce à un remix allemand d’une de ses chansons quelque peu dénaturée mais qui parvenait quand même à nous séduire grâce à l’incroyable beauté de sa voix. Oui, la voix d’Asaf est un trésor qui nous transporte dans une autre dimension. Rock, rauque, déchirante, c’est un cri qui se déploie tout en étant de plus en plus maîtrisé.

Extrait de « Love it or leave it »

Asaf Avidan transperce chacune de ses chansons d’une mélancolie lancinante. Celle d’un gamin qui se sentait presque comme un étranger dans sa ville natale Jérusalem, gagnée par le poids de la religion trop visible à l’œil nu. Désormais installé à Tel Aviv, Asaf Avidan fait évoluer sa musique moins folk rock et plus pop. Comme submergé dans l’énergie incroyable de cette ville où l’urgence de vivre est le garant d’une liberté sans limite. Asaf Avidan, homme blessé très jeune par un cancer puis une énorme déception amoureuse parle toujours d’amour. Sa résurrection en a fait un homme viscéralement libéré qui dans son nouveau disque évoque Gomorrhe. Une façon métaphysique, dit-il, d’envisager les lieux et de pouvoir creuser le sillon de la rédemption.

Extrait de « Conspiracy visions of Gomorrah »

L’israélien Asaf Avidan se risque même à parler de la Palestine qu’il utilise comme une notion mythologique faisant un parallèle courageux avec la façon dont les artistes folk ou country des Etats-Unis parlaient du Mexique. A la fois terre promise, sauvage et territoire qui échappe aux règles auxquelles il est normalement soumis.

Extrait de « The disciple »

L’album s’intitule « Different pulses ». Asaf Avidan reste toujours la plus belle pulsation musicale du moment. Une pulsation cardiaque qui fait vivre une belle âme.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.