« Bang bang bang » est le premier extrait du deuxième album de Claire Denamur, qu’on entend souvent sur France Inter...

Extrait de « Bang Bang Bang »

Voici le rodéo musical d’une Calamity Jane qui dénonce en demi-teinte l’individualisme comme cancer de nos sociétés modernes. Il y a effectivement dans ce premier titre, un avant goût assez juste, de ce que vous allez pouvoir découvrir chez cette jeune femme, auteur compositeur interprète. A savoir une musique qui semble nourrie aux racines de la musique rock et folk nord américaine, avec l’envie de la conjuguer à la langue française. Claire Denamur a visiblement eu besoin d’être rassurée par le savoir faire mélodique et l’empreinte littéraire de Da Silva qui a coécrit avec elle la moitié de ce disque. Au final, elle se livre dans une sorte de journal impressionniste. Celui d’une jeune fille qui n’a pas encore trente ans et déjà taraudée par le temps qui passe, la fin de l’insouciance et la peur de ne plus être ce qu’elle a rêvé d’être. C’est un tempérament volcanique qui gronde et se réveille sur toute la musique qu’elle aime, celle qui vient de là qui vient du blues…

Extrait de « Daemon »

Un père franco hollandais, une mère argentino-ukrainienne, les origines multiples de Claire Denamur ont fait d’elle une « vagabonde », titre de son album. Chez elle droit du sol et du sang se mélangent. Ecartelée entre ses rêves d’Amérique et la force atavique de notre vieille Europe, difficile de choisir l’identité nationale de ses chansons…

Extrait de « D’un autre monde »

Claire Denamur a choisi d’enregistrer son album à Montréal, preuve s’il en est aussi de cette volonté d’être au cœur d’une forme de résistance linguistique.

Extrait de « 34 septembre »

C’est drôle car Claire Denamur met en exergue de son disque, une phrase extraite de la chanson des Pink Floyd « Wish You Were Here » écrite par Roger Waters dont je vous parlais hier.

« Alors comme ça, tu crois que tu peux distinguer Le paradis de l'enfer ? Le ciel bleu, de la douleur ? »

Tout est dit. La musique de cette fille là est un long western tranquille.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.