Ce matin, vous nous présentez le premier album du groupe « Electric Guest », un tandem de musiciens basés à Los Angeles.

C’est un disque court, dix titres, pas un de plus. Un album qui se déroule comme la play list idéale d’une radio indépendante californienne. De la pop plein soleil, efficace et subtile en même temps. Bricolée à l’origine en chambre, elle prend son envol grâce au musicien producteur Danger Mouse, nouveau maitre étalon de la production que l’on retrouve ce printemps à l’affiche du disque de Norah Jones. Avec dans le corps de chaque titre cette passion perceptible pour la pop et le son des années 60 qui semble renaitre d’une console du XXIème siècle.

Extrait de « American Day Dream »

Asa Taccone, chanteur à la voix de falsetto fait ses premières musiques sur un piano de poche, alors qu’il chante encore dans les chorales de son école. L’environnement familial est propice à son épanouissement artistique. Ses parents, eux mêmes artistes, anciens hippies peuvent l’encourager. Lorsqu’il rencontre par hasard son futur complice Matthew Comptone, il joue ses morceaux dans une maison ouverte, où les collectifs d’artistes se croisent. Matthew est batteur depuis l’adolescence, et il est immédiatement séduit par l’intensité des morceaux de Asa. Ensemble ils trouvent la bonne combinaison et la vibration pour transcender leurs influences musicales pourtant différentes…

Extrait de « Awake »

Asa a beaucoup écouté de hip hop et de R'n'B. Matthew davantage de rock « indie ». Ils fusionnent leurs influences, en une belle B.O imaginaire de l’Amérique de Bret Easton Ellis. Mais Electric Guest possède aussi ce je ne sais quoi de génétiquement européen avec des arrangements qui parfois font penser au Gainsbourg des années 70. L’inclinaison de Matthew Compton pour l’homme à la tête de chou, n’est pas un mystère ainsi que sa fascination pour les arrangements de François de Roubaix ou Scott Walker.

Extrait de « Amber »

Le groupe Electric Guest est la sensation du moment. L’album s’intitule « Mondo », clin d’œil aux racines italiennes de son charismatique chanteur. Sur scène le duo a déjà trouvé les armes pour conjurer le statut de groupe saisonnier.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.