On poursuit la semaine thématique consacrée aux artistes féminines, avec ce matin la découverte d’une curiosité signée Olivia Ruiz qui prépare actuellement son nouvel album et qui s’est offert une récréation artistique du côté de la comédie musicale.

Une récréation qui devient pour le coup avec l’énergie et les rêves d’Olivia Ruiz une re-création. C’est Olivia Ruiz soufflée par la puissance d’un Big band classique de 17 musiciens, qui parvient à faire face, corps bien planté debout, ne vacillant pas devant une telle puissance sonore et voix armée pour attaquer chaque morceau avec la volonté de passer au dessus de l’orchestre. L’occasion aussi pour Olivia Ruiz de rendre une fois de plus hommage à l’univers de Tim Burton avec cette chanson extraite de l’étrange Noël de Monsieur Jack.

Extrait de « What’s this ?»

Tout a commencé par un délire dit de « tour bus » lors de la dernière tournée de la chanteuse. Ainsi après chaque concert, elle improvisait avec jubilation pour quelques uns de ses musiciens, le répertoire de Marilyn Monroe, faisant partager sa passion pour la musique de Léonard Bernstein, la voix de Julie London, le souvenir de l’homme aux semelles de swing, Claude Nougaro, et avouant son désir de se confronter à la puissance d’un Big band comme lorsqu’il s’agit d’escalader le « Sing Sing Sing » composé à l’origine par Louis Prima.

Extrait de « Sing sing sing »

D’un gag de tournée, voici qu’Olivia Ruiz s’est trouvée contrainte d’accepter le défi qui lui a proposé le Red star orchestra, un big band de la région parisienne issu des orchestres de Claude Bolling, ou du Glenn Miller mémorial. Enregistrer 6 titres qui ont mis la chanteuse à rude épreuve techniquement. Par son tempérament volcanique et hispanique, la femme chocolat est venue à bout des problèmes de placements rythmiques et de précision tout en restant elle-même.

Extrait de « The more I see you »

L’EP 6 titres est uniquement disponible en version digitale. Une parenthèse musicale qui illustre bien aussi cette volonté que les artistes ont aujourd’hui pour faire face à la crise du disque. Retrouver le plaisir de la légèreté.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.