C’est le grand retour du grand pianiste de jazz français, Baptiste Trotignon, auteur de nombreux albums jazz en solo, mais aussi en trio et en quintet, multi récompensé et toujours à l’affut de nouvelles expériences. Cette fois, il se tourne vers la chanson comme l’indique le titre de son nouvel album « Song song song ». Extrait de « Ma plus belle histoire d’amour » Baptiste Trotignon rend hommage à quelques jusqu’au-boutistes de la chanson française. Barbara, Jacques Brel ou Claude Nougaro. Histoire de nous dire lui-même qu’il aime ces artistes qui n’ont jamais cessé de se réinventer. Trotignon avait lui aussi besoin de se mettre en danger en soumettant son jazz à la contrainte du format court et de la chanson. Le jazz qui s’exprime dans la durée, avec des thèmes qui irriguent l’improvisation n’est pas pour autant nié. Il est juste ramassé. Du coup, l’instrumentiste incroyable que l’on connaît s’est aussi transformé en directeur musical qui s’incarne en passeur entre deux disciplines musicales le jazz et la chanson, illustré par la participation de Melody Gardot sur une composition originale de Trotignon.Extrait de « Mon fantôme » Il y a beaucoup de variété dans l’inspiration, les tempos, et même le choix des invités du disque. Melody Gardot, Jeanne Added, Miossec ou la chanteuse brésilienne Mônica Passos habillent de leurs voix et de leurs mots les compositions de Baptiste Trotignon. Cette variété aux atours insurrectionnels pour le sérail jazz paradoxalement lui offre une vitalité nouvelle encore plus perceptible dès lors qu’elle s’applique aux compositions dénudées de Trotignon. Comme s’il était possible en fait de commettre un hit instrumental.Extrait de « La répétition » Dans le livret de l’album, Baptiste Trotignon s’exprime longuement sur sa démarche. Il explique que ce désir de chanson vient de très loin. Donner à son piano la même puissance émotionnelle que celle que l’on trouve dans les voix. Contraindre sa liberté d’instrumentiste à pouvoir dire des choses complexes avec des mots simples. Faire du format chanson un délice hors format. Quand le jazz est là la chanson ne s’en va plus.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.