Le quatrième album de Piers Faccini est sorti hier :

Extrait de « Strange is the man »

D’origine italienne par son père et anglaise par sa mère, cet auteur compositeur interprète s’était fait remarquer par Ben Harper avec lequel il a beaucoup tourné. Il poursuit en France une carrière atypique, avec un répertoire toujours aussi singulier.

Sur la pochette de son nouveau disque le visage de Piers Faccini se présente comme un élément physique d’une carte du monde. Belle lithographie de son visage émacié, relief de dunes et de contrées jusqu’alors non cartographiées. D’emblée c’est une façon de nous dire que la terre et ses océans forment le territoire infini de son inspiration. Piers Faccini est un nomade qui entraine avec lui des musiciens comme le violoncelliste Vincent Segall, véritable coloriste d’une musique apatride et sans âge.

Extrait de « No reply »

Piers Faccini considère bizarrement que les chansons parlent du reniement de la parole, comme Miles Davis définissait la musique comme du silence entre les notes. Tristesse d’une trompette Rom, magnétisme du N ‘goni cet instrument à cordes pincées de l’Afrique de l’ouest, le balafon, la kora et toute la beauté des guitares de Piers Faccini créateur envouté par sa matière. Toutes les musiques du monde prennent racines dans l’imaginaire de Piers Faccini. Il a intitulé son disque « My wilderness », parce que dit il, chaque musicien possède son propre paysage désertique dans lequel il peut puiser ses nouveaux carnets de route où la transe n’est jamais loin.

Extrait de « Tribe »

Piers Faccini né à Londres en 1972, s’est toujours senti profondément en phase avec les musiques du monde. A 19 ans lors qu’il découvre le bluesman malien Ali Farka Touré, Piers Faccini est bouleversé. Il utilise souvent une terminologie de cuisinier pour parler de sa musique qui mélange les saveurs. Le delta du Mississipi, l’Afrique, les sonorités arabes et italiennes mijotent lentement, ensemble, sans être considérés et goûtés comme de simples condiments exotiques.

Extrait de « My wilderness »

Cette chanson est révélatrice de la psychologie de cet artiste solitaire, retiré dans un village des Cévennes, où il élève ses enfants, et continue à peindre entre deux albums. Une vie de silence et douée pour le mystère. L’album de Piers Faccini est centré sur les diverses façons que nous avons de communiquer avec la voix, qu’elle exprime la souffrance, la joie, le cri, le souffle. Piers Faccini parle de son temps sans être tout à fait un homme de son temps.

A noter la présence mercredi à 11h, de Ornette et Piers Faccinni dans "les affranchis" d'Isabelle Giordano

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.