Voici le nouvel album de l’auteur-compositeur multi-instrumentiste d’origine allemande, Konstantin Gropper, qui publie sous le nom d’artiste de Get Well Soon une œuvre qui a tous les contours d’un opéra pop dont le titre évoque la bête de l’apocalypse.

Konstantin Gropper, l’homme derrière Get Well Soon n’a pas lésiné sur le choix du titre de son album. « The Scarlet Beast O’Seven Heads » au recto de la pochette. « La bestia scarlatta con sette teste » au verso. Dont acte. Get Well Soon dit lui même de son dernier disque qu’il est à mi chemin entre des vacances en Italie et l’Apocalypse. Pour relayer son sens de la précision, son album profite de la conjoncture pour battre la mesure sur l’hypothèse d’une fin du monde en décembre 2012

Extrait de « Let me check my mayan calendar »

Une fois le calendrier maya revu et corrigé, Get Well Soon n’a plus besoin de se faire peur avec la fin du monde. Son héroïque Fantaisy musicale, née au pays des rêves sucrés de l’industrie des sentiments, ressemble effectivement à la rencontre entre Ennio Morricone et Stanley Kubrick. Chez Get well Soon, et particulièrement dans ce nouvel album la vie ce n’est que du cinéma. Le compositeur met en scène sa propre fragilité avec la crainte de ne pas être à la hauteur d’une démesure assumée. Dans le morceau « Prologue » qui ouvre le disque Get Well Soon, lâche les amarres et brûle ses vaisseaux.

Extrait de « Prologue »

Dès lors tout est possible. Get Well Soon joue avec sa part d’enfance qu’il sacre, préserve et cajole à travers une inspiration musicale débridée, transformant son album en un gigantesque parc d’attractions où tous les manèges harmoniques tournent à plein régime.

Extrait de « Disney »

L’album s’écoute comme une B.O de film qui aurait été composée avant l’écriture même du scénario. Mais Get Well Soon est aussi un mélodiste précieux qui derrière ses symphonies d’effets spéciaux, et son lyrisme naturel laisse parler l’essence de ses compositions, modèles d’architecture pop.

Extrait de « Oh my! Good heart »

Get Well Soon signifie "prompt rétablissement" en anglais. La preuve par ses 13 chansons qui œuvrent pour une guérison par les rêves.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.