Voici le nouvel album du groupe angevin Zenzile, précurseur du dub en France au milieu des années 90, alors que ce genre musical était encore parfaitement inconnu ici.

Extrait (1) de « Scars »

Si le dub possède sa propre définition, à savoir une musique issue du reggae jamaïcain qui consiste à offrir en temps réel des remixes à partir de bandes magnétiques, il y a longtemps que le groupe Zenzile s’est affranchi de toute définition pour proposer à partir d’une inspiration militante et groovy sa propre singularité. Le nouvel album n’échappe pas à la règle. Tout commence par un titre qui à lui seul résume l’identité et les racines du groupe.

Extrait (2) de « Scars »

Après une période plus rock, cette fois-ci, le disque libère ses ambitions du côté d’une soul électrique. Injecter de la douceur, de la rondeur dans un berceau rythmique toujours aussi cardiaque. Zenzile s’éloigne ainsi de la mythologie d’un reggae tranchant, où la violence du discours militant se conjugue toujours avec une façon de jouer plus nerveuse, souvent dure. C’est particulièrement perceptible sur ce nouveau disque avec l’arrivée d’un nouveau chanteur, le franco égyptien Jérôme « Jay Ree » el Kady qui offre aux morceaux du groupe des formes callipyges d’où la sensualité affleure partout.

Extrait de « Stay »

Paradoxalement, ce disque de Zenzile est peut-être le plus accessible de tous, comme si à partir du dub, genre spécifique s’il en est, le groupe voulait abolir définitivement les frontières entre le reggae et les autres musiques. Ce qui s’illustre avec la participation de Winston McAnuff, figure emblématique du reggae qui a toujours voulu irriguer son inspiration jamaïcaine aux sources du rock. Alors que Zenzile lui a fait le chemin inverse, du rock au reggae.

Extrait de « Magic Number »

Electric et soul qui forment le titre de l’album sont deux notions qui jouent sur des vents contraires. Ce sont aussi ces vents contraires qui font que depuis 17 ans le groupe Zenzile résiste à toutes les dépressions, symbolisant un modèle d’indépendance et d’intégrité.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.