Ce matin, vous allez à la découverte du troisième album de Chaz Bundick, plus connu sous son nom d’artiste étrange, « Toro y Moi ». Originaire de Caroline du Sud, ce compositeur qui est aussi producteur et remixeur, est à la recherche d’une troisième voie entre musique de danse et pop plus alternative.

toro y moi
toro y moi © Radio France

Extrait de « Harm in change »

Il y a quelques années, on disait de Toro y Moi qu’il avait contribué à inventer la chillwave. Comprenez une musique d’aire de repos après une nuit de clubbing acharnée où celui qui a levé les bras toute une nuit aspire enfin au calme sur des tempos éthérés et quelque peu psychédéliques. Désormais Toro y Moi cherche tout simplement à redéfinir les contours d’une pop admissible pour les pistes de danse. Cahier des charges de la musique de Toro y moi : pouvoir être repérée à bas volume, et supporter d’être écoutée très très fort dans une fête. C’est à la fois le fond sonore idéal d’un bar de bord de plage qui nous incite tout de suite à demander au serveur qu’il monte le son. Et c’est aussi le disque d’un producteur qui s’est contraint à composer son disque au casque. Ceci explique cela.

Extrait de « So many details »

Toro y moi a enregistré ici son disque le plus romantique. C’est l’amoureux qui compose et qui aujourd’hui assume davantage son chant. Il y a beaucoup de Californie dans son inspiration. Cette Californie francophile qui s’intéresse autant à Daft Punk qu’à Serge Gainsbourg dont l’inspiration transparait de manière inconsciente dans le groove de quelques morceaux, dont celui-ci.

Extrait de « Studies »

Né d’une mère Philippine qui apprécie Sébastien Tellier et d’un père afro-américain nourri aux sons de Devo et Sonic Youth, Toro y Moi a fait des études de graphisme avant de se diriger naturellement vers la musique, en dessinant les pochettes de disques de ses copains de fac. Son environnement familial très cultivé musicalement a été sans nul doute un atout pour se plonger dans une musique à la croisée des styles.

Extrait de « Rose quartz »

L’album s’intitule « Anything in return ». C’est un disque à la séduction hâbleuse qui pousse à la rêverie et qui devrait s’imposer comme l’un des plus beaux soleils d’hiver.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.