Voici le cinquième album studio de la Montréalaise Ariane Moffatt, sorti la semaine dernière en France, et qui au Québec truste les premières places des meilleures ventes depuis plus de deux mois.

Un nouvel album bilingue que Ariane Moffatt a intitulé MA, inspiré d’un concept japonais qui définit l’espace sensoriel entre deux choses ou deux notes. Pour suivre son fil, Ariane fait du vide ou du silence une matière qui nourrit l’inspiration, transformant la distance en terrain de jeu, propice à la communication. Elle joue de cette expérience sensitive pour être en profonde connexion avec elle même et les profondeurs de son corps qui dicte une sorte d’obligation d’incertitude.

Extrait de « Mon corps »

Ariane Moffatt explore et explose les sens. La musicienne multi-instrumentiste réussit à faire passer chacune de ses chansons de l’état organique à liquide sous l’action du pouvoir chamanique de ses machines. Musicalement biphasé sur un courant alternatif, et émotionnellement bilingue parce qu’au cœur de deux cultures dans la même ville, l’album parle inconsciemment de cette dualité atavique de la condition québécoise. Qui est celle aussi d’une femme pourtant de moins en moins divisée sur son identité mais qui se livre toujours un corps à cœur bouleversant.

Extrait de « Hôtel amour »

Ariane Moffatt, francophone assiégée, comme tous les Québécois, montrent à quel point elle est l’exact point de ralliement entre une culture classique à la française et cette culture de l’instant qui s’enfuit déjà. A l’américaine.

Extrait de « Walls of the world »

Ce petit bout de femme n’oublie pas de vivre dans son époque. Pour preuve elle postait il y a une semaine sur Internet une nouvelle version d’une chanson de 2009 dont elle a réécrit le texte pour signifier la colère de toute une population en train de vivre son printemps d’érable.

Extrait de « jeudi 17 mai »

Ariane Moffatt porte aujourd’hui à la boutonnière le carré rouge de la colère. Son engagement est aussi sur scène depuis toujours. Jouant de tous les instruments, elle est même capable de faire rougir ses machines.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.