Voici le deuxième album solo de Robin Foster, musicien originaire de Kendal près de Manchester et qui s’est installé en Bretagne, il y a 10 ans déjà.

Extrait de « Happy/Sad »

Onze morceaux dont cinq instrumentaux comme celui-ci. Le nouvel album de Robin Foster commence par « Happy/Sad » et se termine par le retour du balancier « Sad/ Happy». La joie et la tristesse en alternance simplement séparées par une oblique illustre parfaitement ce pendule de la mélancolie. Robin Foster n’a pas résisté à cet irrésistible élan épique, composant une vague symphonique où plus d’une dizaine de guitares dialoguent entre elles, entre distorsions et lignes claires. C’est la disparition de deux amis proches qui a bouleversé l’écriture de ce disque. Un disque de deuil et de guérison porté aussi par les voix que Robin Foster a invité pour incarner son histoire. En premier lieu, celle de la chanteuse afro-canadienne Ndidi O qui s’offre comme un clin d’œil aux années de jeunesse de Robin Foster lorsqu’il brûlait son adolescence dans les rues de Manchester sur les traces de ses héros.

Extrait de « Pick your God or Devil »

Il y a aussi la voix de Dave Pen le chanteur et guitariste du groupe Archive qui fait littéralement chavirer les compositions de Robin Foster. Là encore c’est l’histoire d’une rencontre magnétique où tout s’est joué en un soir à Quimper, où les deux musiciens se sont connus et reconnus en une fraction de seconde et un accord de guitare.

Extrait de « Forgiveness »

Robin Foster aurait voulu être dessinateur pour la bande dessinée. S’il n’a pas persisté dans le maniement du crayon, nul doute qu’il sait composer une musique dessinée par sa maitrise des formes et couleurs. Un impressionniste musical hors pair.

Extrait de « A collapsing light »

Robin Foster se définît lui même comme « Born in England » et made in France. Et lorsqu’on lui demande de définir sa musique, il répond « Morrissey déguisé en cow-boy, armé d’une guitare et d’une pédale delay dans un film de Michael Mann ». Un oiseau hybride qui sans nul soute envoutera les transmusicales de Rennes ce vendredi 2 décembre.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références

L'équipe

Mots-clés:

(ré)écouter Encore un matin Voir les autres diffusions de l'émission

Jaakko Eino Kalevi

Fortune

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.