Voici le nouvel album de Lee Fields, 60 ans, accompagné de son groupe The Expressions. Ensemble, ils ravivent les meilleurs moments de la soul music.

Lee Fields, né dans une famille de 4 enfants, ayant grandi à Wilson un petit village de Caroline du nord, charrie dans sa voix les souvenirs d’une adolescence passée à chanter dans les églises, puis à tourner aux côtés de musiciens qui ont fondé les bases de la funk music comme Kool and The Gang, ou Sammy Gordon and the Hip Huggers. Sa voix est aussi ce diamant qui porte la douleur de ses traversées du désert, mais aussi la puissance de sa résurrection aujourd’hui avec le renouveau de la musique soul.

Extrait de « I still got it »

Voici donc que l’on rend à ce César de la soul ce qui lui revient. Ce disque est un moment de pur plaisir que l’on peut aussi appréhender comme le témoin d’une réalité sociologique pour celui que l’on a souvent nommé Little JB à cause de sa ressemblance avec James Brown. Il y a la force de son enracinement dans cette culture afro américaine qui a traversé quatre décennies. Avec au début de l’histoire, la nécessité de mener en premier lieu un combat pour l’émancipation, puis d’installer cette musique dans l’arsenal pour la reconnaissance d’une culture, avant aujourd’hui d’offrir une vraie réflexion et une vision sur l’apport de ces musiques au patrimoine culturel des Etats-Unis.

Extrait de « You are the king of girl »

Lee Fields avec ce nouveau disque oublie les tumultes du monde et s’engage exclusivement pour l’amour, avec le souci d’être au plus proche de cette vibration originelle de la soul. Nous rappelant au passage aussi qu’elle fut comme le rythm’ & blues, la source à laquelle le rock des Rolling Stones s’est abreuvé, reprenant dans le disque une version du Moonlight Mile, une des grandes chansons du Stinky Fingers de 1971.

Extrait de « Moonlight mile »

L’album est produit par le tandem qui Jeff Silverman et Léon Michel à l’origine du renouveau de la soul à travers l’album de Aloe Blacc. Ici la notion de renaissance n’existe pas. C’est la voix qui prime et qui installe le disque dans une perspective intemporelle. Lee Fields et son groupe The expressions se produiront demain à Paris à la maroquinerie. Il y a fort à parier que le public aura en lui quelque chose de l’âme de Memphis.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.