Ce matin, vous nous présentez le quatrième album studio de José James, originaire de Minneapolis. Le disque s’intitule « No Beginning No End » et signe les débuts de sa collaboration avec le prestigieux label de jazz Blue Note.

José James a commencé sa vie musicale en duo. Un saxophone et une voix ce qui lui a donné le sens de la radicalité artistique et le besoin d’aller chercher l’émotion dans un exercice très ardu. C’est cet apprentissage qui a forgé le jazz moderne de José James. Un jazz qui pousse des coudes, après avoir musardé dans les contrées du hip-hop et du R&B, il retrouve son unité dans la voix plurielle de José James…

Extrait « Trouble »

Plus jeune, José James voulait être écrivain. Il se rêvait symbole de l’activisme politique… Ressembler à James Baldwin ou Toni Morrison. Pour être le témoin de ses frères noirs et défendre leur condition humaine, et faire du militantisme un acte poétique. C’est finalement avec la musique qu’il se réalise grâce à la rencontre de quelques grands musiciens de Detroit et Chicago qui lui montrent le chemin. José James ainsi donne tord à son père trompettiste qui ne voulait pas qu’il suive la même route que lui. Cet amour premier du jazz, on le sent encore beaucoup, notamment dans la pulsation rythmique emmené par le bassiste Pino Palladino.

Extrait de « Make it right »

De la sensualité, José James en possède à revendre sans sa voix de baryton qui ne montre pas ses muscles.

Extrait de « No end, no beginning »

Jose James assume son inclinaison pour la séduction, ne rechigne pas à composer des morceaux pour, dit-il, « faire des bébés », même si on le surprend à évoquer dans une chanson le contrôle des armes aux Etats Unis. Mais le sens de son engagement se trouve définitivement dans la fabrique sensuelle des sentiments. Il suffit d’écouter cette bouleversante chanson, gorgée de violons qui parle de la transformation qui suit la perte d’un être cher…

Extrait de « Tomorrow »

Pas de fin, ni de début. José James reconnaît aujourd’hui qu’il est comme un débutant. Comme s’il venait d’enregistrer son premier album.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.