Album Severin
Album Severin © Radio France

Vous nous faites découvrir ce matin, Severin, auteur-compositeur, trentenaire… Après avoir écrit pour les autres et notamment deux chansons pour le premier opus de Camélia Jordana, il publie enfin son premier album éponyme.

Avoir 30 ans lorsqu’on est chanteur et que l’on prend le risque d’écrire en français c’est accepter d’avoir peur d’être « ce has been, jeune homme bouffi qui dort encore » comme le chantait Alain Souchon dans sa chanson miroir « toto 30 ans, rien que du malheur ». C’est aussi et surtout faire des chansons comme on lance des balles. Légères comme des bulles de savon qui piquent les yeux mais qui ne résistent pas dans l’atmosphère. Comme de parler du désir qui s’évapore tout en gardant la distance mélodique, en faisant mine d’être encore un jeune homme moderne.

Extrait de « Sexplication »

Curieux personnage que ce Severin, qui avoue être incapable d’être le type qui prend la guitare dans le salon pour chanter la totale de Dylan, mais qui en revanche peut avoir un regard frontal et désabusé sur l’individu perdu dans le monde impitoyable de l’entreprise. Avec sa façon bien à lui de ne pas chanter, trouvant l’efficacité de celui qui déchante.

Extrait de « Les sirènes »

Severin est un nonchalant qui s’obstine. Pour preuve, il avait enregistré un premier album qui ne fut jamais commercialisé. On y trouvait déjà ce sens aigu de l’écriture qui le poussait à imaginer le portrait lucide voire autobiographique d’un chanteur malheureux, comme le sont tous ces marchands de larmes et de charmes contraint à la dérive.

Extrait de « Le dernier tube »

Severin semble s’être subitement réveillé. Du grand sommeil commencé au début des années 80, alors qu’il est précisément né à la lisière de cette décennie où l’apparence douloureuse de la légèreté constituait un style. Pop modèle, Severin déclare aimer chercher dans certains de ses morceaux je cite : « un truc mal foutu car je suis pour le mal gaulé ». C’est précisément parce qu’il compose des chansons bien gaulées qu’il peut dire cela.

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.