Le premier album très attendu de Ben Howard qui s’intitule « Every Kingdom ».

En effet, « album très attendu » au regard des premières prestations de ce jeune auteur compositeur d’origine anglaise qui avec un simple EP (Extended Play) et quelques concerts a provoqué une véritable rumeur passionnelle autour de lui. Il suffit d’écouter les premières notes de la chanson qui ouvre son disque pour être déjà transporté dans un univers déchirant et sensible.

Extrait de « Old Pine »

Bien sûr si vous êtes un habitué de cette chronique matinale vous risquez peut être de penser que l’afflux saisonnier de chanteurs folkeux confine à une forme de caricature. Mais avec Ben Howard il y a, certes, la mélancolie naturelle de sa musique mais il y a aussi et surtout ce qu’il convient d’appeler un grand guitariste qui dès l’âge de 10 ans pratique son instrument avec acharnement s’inspirant des disques que sa mère, elle même guitariste amateur, reproduisait dont ceux de Joni Mitchell. Depuis sa guitare dont il joue de la main gauche est son grand orchestre à lui. Une guitare qui sonne comme une percussion. Picking, battement sur le manche ou sur la caisse, accordage en open tuning, comprenez en accord alternatif, Ben Howard crée sa propre histoire avec son instrument.

Extrait de « The Fear »

La légende personnelle de Ben Howard s’est aussi échafaudée sur sa passion et sa pratique assidue du surf. Il en porte tous les signes extérieurs. Beau mec, dégaine sauvage de poor lonesome traveller, qui assume une difficile aptitude à sortir de l’adolescence, et ces filles avec lesquelles il se dit malhabile et qui hantent ses chansons. Un garçon dans le vent de sa passion qui se met en scène dans des clips d’un naturalisme esthétique qui colle parfaitement à sa musique qui est poignante parce que assumant les creux de l’intime

Extrait de « Black Flies »

Enregistré pendant 18 mois dans une grange dans sa région de Devon au sud ouest à 3 heures de Londres, le premier album de Ben Howard s’intitule « Every Kingdom ». Oui chaque chanson est un royaume. Encore un anglais à qui l’on pourrait dire aussi « mon royaume pour vos dix chansons »

Les liens

La page de la chronique "Encore un matin" sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.