christine and the queens
christine and the queens © Radio France

André Manoukian nous parle ce matin du premier album tant attendu de Christine and the Queens, « Chaleur humaine », qui sort aujourd’hui chez Because Music.

Extrait de « Half Ladies »

Aristophane définit ainsi l’amour :

Autrefois, les hommes étaient des boules à deux têtes et huit membres qui furent séparés en deux car ils menaçaient la puissance des Dieux. Depuis chacun cherche sa moitié. Dans ses clips, Christine s’habille en garçon et aussi en fille.

Elle joue les deux personnages du couple. Christine cherche sa moitié, Christine cherche sa boule d’origine. Mais au fait, pourquoi Christine s’appelle Christine ? La faute à Gustave II qui en 1626, faute d’héritier mâle désigna sa fille Christine ‘’Roi de Suède’’.

Elle refuse de se marier, s’habille en homme, fume la pipe et on lui prête de nombreuses aventures aussi bien masculines que féminines. Incarnée par Greta Garbo au cinéma, est LE totem idéal pour Héloïse Letissier, vers la voie royale de son propre devenir : Christine and the Queens…

Extrait de « Nuit 17 à 52 »

Le parcours de cette jeune Nantaise est complexe : après avoir tâté de Normale Sup et du conservatoire d’art dramatique, elle se fait virer et part se réfugier à Londres chez Madame Jojo’s, un célèbre bar de Soho où officient trois travestis. Choc esthétique : elle a trouvé sa voie : elle sera chanteuse.

Enthousiaste, elle propose de faire un groupe aux travelos qui disent oui pour lui faire plaisir mais vont la lâcher.

Qu’importe, elle fera son groupe toute seule, Christine and the Queens.

Elle peut enfin se mettre toute entière dans son projet, avec toutes ses contradictions : emphatique et modeste, autodestructrice et charmeuse, chantant en anglais et en français, masculine et féminine, théâtreuse et danseuse, musicienne et poétesse, exhibitionniste et pudique, érudite et sauvage, bonne élève et rebelle.

Extrait de « Narcissus is back »

Elle voue une passion à Pina Bausch et danse comme Mickael Jackson.

Composant seule sur son ordinateur, elle distille une électro eighties à la noirceur éclatante. Elle nous fait rentrer l’intelligence de ses textes par les pores de la peau, sa poésie nous fait bouger le bassin, son érudition nous épargne la tête mais vise le ventre.

Aujourd’hui c’est le jour de son couronnement sur France Inter.

Elle aura mis à peine 3 ans pour se hisser à la hauteur d’un trône qu’elle aura construit de ses mains :

N’oublions pas que Christine est Ulysse et Pénélope à la fois…

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.