Au menu ce matin, le meilleur de la musique de France Inter… C’est la première compilation réalisée par le directeur de la Musique, Didier Varrod, et l’ensemble des programmateurs musicaux de cette chaîne. Ce double-album s’intitule « l’Esprit Inter / le son de France Inter ».

Children of the night (Isaac Delusion)

Jouer de la musique avec quelqu’un, ça implique une relation plus intime encore que de partager ses fluides corporels.

Ceci posé, voyons quel type d’amour entretient France Inter avec ses auditeurs.

Le courant onirave : les machines techno d’Isaac Delusion deviennent organiques, les pieds de grosse caisse (le boum boum) se transforment en battements de cœur, les nappes de synthé planent comme des brumes et dessinent clairement l’éther des poètes. Quand d’autres mécanisent leurs violoncelles à coup de pizzicati suggérant un métronome cosmique battant la mesure d’un temps forcément relatif suspendu à la voix magique de la déesse nordique Agnès Obel.

The Curse (Agnes Obel)

Le courant transgenre : L’androgynie des filles, le charme lascif des garçons, abandonne aux idiots les peurs fantasmées sur la théorie du genre.

Ici dans le monde d’Orphée, saint patron de la musique, l’abandon du musicien à son inspiration est féminine, la mise en œuvre technologique est masculine, la voix grave des filles (Agnes Obel, Melanie de Biasio, Christine and the queens), répond à la voix soprano des garçons (Sohn, Rye X, Cascadeur), et mon tout tend vers un seul but, la réconciliation de nos émotions et de nos attitudes, de notre monde intérieur et de notre place dans la société.

Encre (Emilie Simon)

La voie est étroite entre la facilité de jouer les vieux rêves d’une foule et l’exploration de nouveaux territoires.

Dans notre monde de tests, il faut avoir de sacrées testicules et naviguer avec la malice d’un Ulysse et l’audace d’un Jules Verne, entre découverte et patrimoine, avec une seule étoile dans la mire de son sextan : Le bon goût. Mais qu’est-ce-que le bon goût ?

Un seul critère, surveillez le mouvement subtil de vos poils sur vos avant-bras, et s’ils se dressent, c’est que c’est du bon son, et donc que vous êtes bien, mes chères sœurs et mes chers frères, sur France Inter .

Collector (Cascadeur feat Christophe)

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.