Aujourd’hui André Manoukian vient nous parler d’une voix particulière, de glace et de feu, venue d’Islande, Emiliana Torrini à la faveur de la sortie de son quatrième album : Tookah.

Extrait de « Autumn Sun »

Quelle voix ! Qu’est-ce qui fait son charme ? Qu’est-ce qui fait qu’une voix nous remue au plus profond de notre être ?Ah, cette question, combien de fois me la suis-je posée ?

C’est que la voix nous livre pieds et poings liés le corps qui l’a produite, l’être qui en est la source. Elle nous le restitue dans sa totale transparence. Ecouter un chant, c’est rencontrer une personne dans sa nudité absolue, pire qu’à poil, c’est regarder quelqu’un en train de déshabiller son âme.

L’acte du chant n’est ni plus ni moins qu’un striptease spirituel. Voilà pourquoi, moi perso, je transpire de la moustache, (vous, je ne sais pas d’où) mais en tout cas, voilà pourquoi nous éprouvons, nous tous, un sentiment d’intimité totale avec celle qui se livre à nous. Et quand il s’agit d’Emiliana Torrini, on a la curieuse impression de la connaître depuis toujours…

Extrait de « Caterpillar »

Le caractère enfantin de sa voix nous reconnecte avec notre innocence perdue. L’accent islandais y est sans doute pour quelque chose, il y du sourire inuit derrière ses fossettes espiègles.

Du fondamental des esprits premiers…

Emilianna Torrini est une « chamanesse » qui pratique des incantations ludiques, qui se livre à un jeu primitif, un rituel de la joie. C’est avec nos osselets qu’elle joue, les petits cailloux de nos tympans. Elle déclenche une peinture naïve en mouvement, des couleurs de fleurs chatoyantes sur un volcan noir. L’Islande, son pays de glace et de feu, est l’écrin d’un monde fantastique dans lequel Emiliana est à la fois la poupée et celle qui tire les ficelles…

Extrait de « Elisabet »

Il existe un lieu dans l’espace que les hindous nomment Akasha ou le passé le présent et le futur sont un seul et même instant. Depuis Einstein, on sait qu’un tel lieu existe. C’est aussi l’endroit où les artistes vont chercher leur inspiration. Emiliana aime s’y connecter, même si elle doit parfois lutter pour établir la liaison. Telle la pythie de Delphes inhalant la fumée, elle a inspiré puis nous a rendu l’oracle, prononçant ce mot magique exprimant la dualité de tous les êtres humains : Tookah.

Tookah, c’est le titre de son album qui nous livre le chant de celle qui est allée au-dessus des nuages, en est revenue, et nous raconte calmement tout ce qu’elle a vu. Merci Emiliana…

Extrait de « Blood Red »

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.