Bonjour André, ce matin vous nous présentez Ludéal, un chanteur qui porte l’amour des mots très haut, dans son deuxième album ‘’Paon d’or’’

Extrait de "Chevaux sauvages"

Paon d'Or de Ludéal
Paon d'Or de Ludéal © Radio France
Depuis Joséphine et ses berlines à l’arrière desquelles le grand Bashung faisait claquer son fouet, jamais picking accoustique ne suggéra aussi bien une chevauchée, jamais cordes frottées ne hennirent avec autant de joie, jamais cheval ne galopa avec autant d’entrain que sous les éperons de velours du doux Ludéal. S’il est des territoires qui inspirent, c’est dans un magasin de disques que Ludéal, prenant son poste de vendeur, découvrit un jour son Far West : un disque de Bashung, ‘’Fantaisie militaire’’. Il sera sa terre promise, son Eden, un nouveau continent vers lequel il embarque ses forces vives rassemblées vers un unique, grandiose et effrayant but : Ecrire des chansons. **Extrait d'"Allons nous coucher"** Les mots roulent, se répondent, les sonorités rebondissent les unes contre les autres, en évitant avec souplesse les écueils Gainsbouriens et les récifs pédants, les jeux avec les mots ne souffrent plus de nos jours de l’arrogance des faiseurs de slogan, l’heure est à la proximité, marre du superflu, si on revenait à l’essentiel et qu’enfin on se payait cet inaccessible rêve pourtant à la portée de tous : rester ce matin bien au chaud sous les draps dans les bras de sa douce… La poésie du quotidien ne s’est jamais aussi bien portée. Et si c’était une nouvelle sagesse qui s’élaborait sous nos oreilles, celle d’une génération privée d’utopies et dont les rêves se limitent désormais à des instants de bonheur volés à nos automatismes, nos autocensures, nos autogflagellations et nos automobiles…**Extrait de "Qu’as tu dans la tête"** La voix est douce et brumeuse, traversée d’éclaircies viriles et maladroites. La guitare semble être le bâton de pluie qui donne la direction au poète Ludéal. Ludéal est de ces chanteurs qui nous font retrouver les arômes de nos grand mères dans nos narines saturées de fragrances chimiques. Ludéal connaît la recette pour faire de belles chansons : Il faut écouter la pulsation du monde tout en se mettant un peu à l’écart. Pareil pour observer les étoiles, il faut se mettre un peu au dessus des villes et de leurs lumières artificielles. **Extrait de "Le jardinier japonais"**
## Les liens [Le site officiel de Ludéal](http://www.ludeal.fr/)
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.