BANKS - London EP
BANKS - London EP © BANKS / BANKS
**Bonjour André Manoukian, aujourd’hui, vous nous faites découvrir une jeune chanteuse californienne, Banks, qui manie l’art de l’envoûtement dans son mini album "London".** **Extrait de "Waiting Game" :**
Banks chante comme une sorcière dont le charme s’est retourné contre elle. Après avoir passé la nuit avec celui qu’elle devait changer en grenouille, elle s’interroge. Elle étire sa voix encore endormie d’un râle paresseux. Les nappes de brume électro scandent un temps qui pulse les battements de son poul énamouré. L’accompagnement est réduit à sa plus simple expression : un filtre qui balaie le spectre des fréquences d’un synthé analogique de haut en bas du curseur. Son vaisseau spatial est piloté par les meilleurs ingénieurs de la planète électro. Banks a des cheveux longs et bruns qu’elle décoiffe au ralenti et en noir en blanc.La femme tenue à l’écart du pouvoir religieux depuis toujours, a développé le chant comme un contre- pouvoir absolu. Proposition commutative : toute chanteuse est une sorcière, toute sorcière est une chanteuse. **Extrait de "This is what it feels like"** ![](http://www.franceinter.fr/sites/default/files/2013/09/27/731740/videos/video-GcyRPn__V9o.jpg)Les orientalismes discrets joués par des sinusoïdes électroniques résonnent comme un miznar de l’espace, le hautbois arabe des charmeurs de cobras. Et nous voilà dans la ville idéale aux murs de néons, dans Blade Runer de Ridley Scott, où un samouraï croisé avec un touareg déguste un jus de serpent à la fleur de gingembre, antidote raisonnable au charme insensé de Banks dont le portrait sur la pochette place son regard hors cadre, comme s’il était dangereux de le soutenir. **Extrait de "Change"** Banks est la gardienne du temple de la plus ancienne confrérie de vestales. Comme une orchidée à la peau de lait elle déroule ses enchantements jusqu’à la voix lactée.Son chant est souvent doublé à l’octave, procédé troublant, sa voix aiguë se superposant à sa voix grave exacerbe sa féminité tout en appuyant son androgynie. L’Alchimiste ne peut accomplir le grand œuvre que s’il est aidé de l’énergie féminine. Banks, en mêlant le féminin au masculin dans sa voix, devient Morgane, l’enchanteresse, dont la magie sera toujours plus forte que celle de Merlin.**Extrait de "Bedroom Wall"** ## Les liens [Le site de Banks](http://www.hernameisbanks.com/)
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.