André Manoukian, ce matin nous parle de musiques de film, à travers le Casse tête chinois de Klapish, Inside Llewyn Davis des frères Cohen, et Voltage Control Orchestra, un duo français qui reprend au synthé analogique Ennio Morricone…

Casse tête chinois
Casse tête chinois © Radio France
Tous les ingrédients des musiques des thriller 70 sont exposés dans la BO signée Kraked Unit du Casse tête chinois, consacré aux errances du jeune Xavier, alias Romain Duris. La tournerie de contrebasse évoquant la course poursuite joyeuse de notre enfance façon Magnum, les riffs de violons à la Starsky et Hutch accompagnant les dérapages de la Ford Mustang, les pêches de cuivre rythmant les patates qui terrassaient le truand. Xavier, en jeune Werther post moderne, court désespérément, dans les rue de New York où il rejoint ses deux enfants qu’il a eu avec Wendy qui est tombée amoureuse d’un américain, mais au passage il a aussi fait un enfant à ses deux copines lesbiennes pour leur rendre service et le voilà qui se marie à une chinoise pour avoir une carte de séjour. Sa vie a l’air compliqué, mais guère plus que bien des quadras urbains en tout cas.**► ► ► ECOUTEZ |** [La BO de Casse tête chinois](http://www.deezer.com/album/7162777)
Inside Llewyn Davis
Inside Llewyn Davis © Radio France
C’est à New York encore, dans le Greenwich Village des années 60 filmé par les frères Coen, que nous retrouvons les tribulations cette fois ci du jeune chanteur folk Llewyn Davis qui lutte pour gagner sa vie comme musicien. New York, c’est la transposition du combat mythique de Thésée et du Minotaure. Le labyrinthe de la ville dans lequel il faut perdre son Ego dans un cheminement de purification, pour affronter le géant à tête de taureau, qui représente notre animalité, incarné dans le film des frères Coen par la figure du géant de la musique Bud Grossman.A New York, si tu es prêt, tu vis en un an ce qu’un musicien ailleurs vit en 10 ans. Mais si tu n’es pas prêt, la ville te recrache comme un noyau de cerise… **► ► ► ECOUTEZ |** [La BO de Llewyn Davi](http://www.deezer.com/album/7082454)s
VCO
VCO © Radio France
@ Le casse (VCO) Voltage Control Orchestra annonce la couleur. Le label VCO pour Voltage Control Oscillator, désigne le module qui transforme l’électricité en sons. C’est avec cette source sonore passée dans des filtres que l’américain Robert Moog inventa le mythique synthétiseur en 1964, sur lequel Wendy Carlos, compositrice et claviériste, enregistrera Beethoven en 71 pour la BO d’Orange mécanique, de Stanely Kubrick, où l’on retrouve l’hymne à la joie dans une version psychédélicieuse. Notre duo français composé de Charles Vetter, claviériste d’Emiliana Torrini, et du flutiste Joce Mienniel de l’orchestre national de jazz, revisitent les thèmes mythiques de Morricone qui se prêtent avec bonheur à cette lecture électronique.@Farewell
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.