Ce matin, André Manoukian nous raconte l’histoire d’amour entre la France et le Brésil, à travers une de ses chanteuses les plus explosives, Flavia Coelho.

Por Cima

L’histoire d’amour entre la France et le Brésil date de bien avant Henri Salvador, Claude Lelouch ou Rémy Kolpa Kopoul.

Peut-être même qu’elle date du XVIème siècle, quand les Français s’alliaient avec les Indiens pour combattre les Portugais.

Mais les Français furent chassés, et les Indiens massacrés. Alors, pour exploiter les richesses du pays, on fit venir les esclaves d’Afrique. C’est ainsi que le nord du brésil, le nordeste, est africain.

C’est le pays de toutes les légendes.

C’est là qu’on y exploite le bois rouge, couleur de braise, qui donne son nom au Brésil.

C’est la terre des cangaceiros, ces paysans déguenillés transformés en bandits sociaux pour lutter contre la cupidité des propriétaires et qui devinrent comme robin des bois, héros des cordels…

Cordel, en portugais, cordelette, sur lesquelles on pend dans les marchés des poésies populaires imprimées sur du mauvais papier.

Cette littérature est la base des joutes musicales improvisées, les repente, ça veut dire immédiat.

Le repente, c’est la musique du Nordeste qu’écoutait le papa de Flavia Coelho…

Pai De Santo

Flavia fut élevée à Sao Luis, qu’on appelle l’Ile d’amour, dans le nordeste, entre forêt tropicale, marécages et plages.

A l’âge de 8 ans, elle apprend à chanter avec un seau sur la tête avec le retour de sa voix.

A 14 ans, elle intègre son premier groupe de filles.

Puis la voilà à Rio, armée de sa voix et de son courage, chantant dans les rues, les squats, les bars, faisant la manche ou le chapeau, comme on dit.

Et au moment où elle commence à se faire un nom, elle décide d’aller au bout de son rêve.

Ilha de maré

Son rêve c’est Paris, et la légende personnelle de Flavia ne supporte pas qu’elle ne soit pas à l’écoute de ses rêves.

L’histoire d’amour entre la France et le Brésil ne date pas d’hier, et si elle est en perpétuel recommencement, c’est grâce à des chanteuses comme Flavia Coelho.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.