Aujourd’hui, vous allez nous parler de Mavis Staples, chanteuse de gospel de 74 ans, qui revient avec un album d’une étrange modernité, intitulé « One True Vine »…

Extrait de « Holy Ghost »

Mavis Staples est une vieille dame noire qui a la voix de Boy George quand il était jeune… Descendante des Staples Singers, groupe formé par son père dans les années 60, Mavis a franchi tous les écueils. Elle a failli perdre son âme plus d'une fois dans les bas fonds de la FM, elle a été prise en otage par plus d'une compil disco mais toujours elle fut sauvée par sa voix qui attira Curtis Mayfield et inspira Prince qui n’osait pas la regarder dans les yeux tant elle l’impressionnait.

Celle qui aurait pu être une Aretha Franklin de deuxième division ne perdit jamais la foi, même quand Obama l’oublia lors de son investiture.

Elle pleurait de joie devant sa télé, et s’adressant au docteur King, Martin Luther, avec lequel elle est en dialogue permanent, elle dit juste : « leur temps est venu, place aux jeunes ».

Et c’est justement avec une bande de jeunes parias flamboyants du groupe de country alternatif Wilco, qu’elle nous sort un album somptueux. Ils ont sorti les tambours indiens et les mandolines irlandaises des premiers camps meetings, du temps où les noirs interdits d’églises se rassemblaient en rase campagne pour élever leur gospel vers Dieu.

Extrait de « Every Step »

Comment on fait un Gospel en 2013?

Comme Mavis Staples, sans hystérie, ni démonstration.

Elle chante dans le sec, loin du pathos humide, évitant l’ornière naturelle de la surinterprétation dans laquelle sombrent de nombreuses Sisters tiraillées entre la foi et le fric. Mavis Staples réunit le gospel et le blues, la musique de Dieu et la musique du Diable. Elle nous délivre une sorte de 5ème évangile, celui de l'ange d'avant la chute.

Extrait de “Can You Get to that”

Il fait chaud comme dans un désert du Nouveau Mexique, quand elle chante. Pas même un crotale pour faire de l'ombre. Son chant apaiserait même cet énervé de Tarentino. On l’entendrait presque lui dire, « c’est bon Quentin, tu es arrivé, pose ton sac de dynamite et repose-toi maintenant ».

Extrait de «FarCelestialShore»

Le Bouddha a dit : la vie est une suite de cycles. Si tu cours après, tu es comme un hamster qui tourne dans sa roue, tu ne vas nulle part. Oui Patrick, il y avait déjà des cages à hamsters du temps de Bouddha. Mavis Staples s'est arrêtée de courir pour enfin trouver son destin,

Et vous, courez sans plus attendre pour acheter l’album de Mavis Staples, « One True Vine »…

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.