Ella Fitzgerald du Cap Vert, a-t-on dit de Carmen Souza. Gageons qu’il y aura bientôt un Franck Sinatra du Montenegro ou un Charlie Parker de haute Égypte, que dire des Thelonious Monk qui fleurissent dans le Causase ou des Wes Montgomery d’Essaouira.Une musique est vivante tant qu’elle évolue, tant qu’on lui ajoute des ingrédients nouveaux. Le Jazz est en train de se régénérer en dehors de son territoire natal, les Etats Unis d’Amérique, où Wynton Marsalis, gardien du temple, natif de la Nouvelle Orleans, le déclare ‘’musique classique du Vingtième siècle’’, et le fait visiter désormais comme dans un musée. Pendant ce temps, comme dirait Charles Aznavour, le monde découvre le jazz, s’amuse avec, et chacun crée ses propres recettes, invente de nouvelles saveurs en lui ajoutant les épices de son terroir.

Carmen Souza est la face joyeuse de Cesaria Evora. L’insolence Africaine emportée par la dextérité jazzistique lui donne les ailes d’un colibri et la légèreté d’une Chica Da Silva, cette charmeuse brésilienne du 18ème siècle qui rendit fou d’amour un gouverneur portugais, en semant un joyeux bordel dans tout l’état du Minais Gerais.Carmen Souza a choisi l’insoutenable légèreté de l’être, le chemin pour nous affranchir de la pesanteur et nous ramener à l’état idéal de pur esprit d’avant la chute. Bon, les gars, vous vous dites que j’ai encore mangé de l’herbe de Chaman, mais comment ne pas entendre dans son gazoullis affranchi de toute contrainte rythmique et mélodique, le chant joyeux d’une liberté reconquise sur les esclavages quotidiens que nous subissons tous.

Il est des chanteurs qui nous montrent la voie.Aujourd’hui, il est démontré que l’apprentissage de la musique chez les enfants participe au développement des zones de l’abstraction mathématique dans le cerveau.Carmen Souza et son chant libérateur participe à coup sur au développement dans le cerveau du cortex du Bonheur, qui se trouve entre l’hémisphère de l’impertinence et le lobe de l’instant présent, celui qui efface la peur du passé et l’angoisse du futur.Carmen, en latin, ça veut dire charme.Quand je vous disais, Patrick, que toutes les chanteuses sont des jeteuses de charmes, ne craignons pas celui de Carmen Souza, il est libérateur, et par les temps qui courent, salutaire…

Les extraits du jour : "Donna Lee", "Sol", "Cabo verde" et "Sous le ciel de Paris"

► ► ► ECOUTER | + de titres de Carmen Souza► ► ► VOIR | Carmen Souza en concert

Les liens

Le site de Carmen Souza

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.