L'épicerie Bio en ligne La Fourche a lancé depuis la rentrée un rayon "Anti-Gaspi" qui propose à prix cassés des produits refusés par les distributeurs traditionnels avant même leur arrivée en magasin.

Lucas Lefebvre, cofondateur de l'épicerie Bio en ligne La Fourche
Lucas Lefebvre, cofondateur de l'épicerie Bio en ligne La Fourche © Radio France / Lionel Thompson

Ces produits partiraient à la poubelle avant même d'être arrivés dans les magasins s'ils n'étaient pas récupérés. Ils sont refusés par les distributeurs simplement pour quelques défauts, pour les besoins du marketing ou bien parce que les distributeurs ont peur de ne pas pouvoir les mettre en rayon suffisamment tôt avant leur date de durabilité explique Lucas Lefebvre, l'un des cofondateurs de La Fourche. Il nous reçoit dans le nouvel entrepôt de l'épicerie en ligne, dans le Nord de la région parisienne.

Ce sont parfois des produits "moches", considérés comme pas assez attrayants à la vente. L'exemple le plus marquant qu'on a eu, jusqu'à maintenant, ce sont des lentilles corail qui n'étaient pas de couleur assez corail, qui étaient trop jaunes. Ce sont des changements de packaging, des changements de gammes. Il y a des fins de gammes qui sont mises à la poubelle, malheureusement, simplement parce qu'elles ne sont plus étiquetées comme il faut, qu'il ne faut pas faire cohabiter deux gammes différentes dans un même rayon, parce qu'il y a une cohérence de marque… Tous les besoins du marketing qui génèrent du gaspillage et nous, on essaie d'empêcher ça.

La première raison de ce gâchis, c'est la date de durabilité minimale, anciennement date limite de consommation. La loi autorise les magasins à refuser les produits qui sont à moins de 3 mois de la date limite. Un délai très large qu'ils estiment nécessaire pour avoir le temps de mettre les produits en rayons sans que les consommateurs les boudent. Pourtant ces produits restent parfaitement consommables, même après cette date rappelle Lucas Lefebvre, surtout quand il s'agit de produits secs, comme ceux que propose La Fourche.

Ce sont des produits qui peuvent être consommés bien après la date de durabilité minimale. La seule chose qui puisse apparaître au bout de plusieurs années, c'est peut-être une légère dégradation des qualités gustatives. C'est à dire que le goût va peut-être être un peu modifié mais ça, c'est après des années ! Il n'y a aucun souci à manger une conserve un an après le dépassement de sa date. Ca ne pose pas de problème.

Sur son site, La Fourche indique clairement la date de durabilité, parfois dépassée, de ces produits. 

La moitié du gaspillage alimentaire

Ce gaspillage à la source représente la moitié du gaspillage alimentaire total, qui lui même représente une débauche d'énergie pour des produits qui finissent à la poubelle.

Le gaspillage alimentaire, c'est un aliment sur trois dans le monde. Si le gaspillage alimentaire était un pays, ce serait le troisième producteur de CO2 après les Etats Unis et la Chine. Donc c'est à la fois un enjeu de gaspillage, un enjeu de pollution, et pour nos adhérents, nos clients, c'est un enjeu de pouvoir d'achat parce qu'on parle de produits qui sont bien moins chers que ce que vous allez trouver d'habitude.

Sur le site, au rayon "Anti-Gaspi", ces produits récupérés sont effectivement vendus de 30% à 70% moins chers. Pour Lucas Lefebvre, les distributeurs sont en partie responsables du gaspillage mais il aimerait aussi que les consommateurs changent leurs habitudes.

On aimerait changer la manière dont les gens consomment, sans les stigmatiser. Leur donner la possibilité de pouvoir mieux consommer pour créer un cercle vertueux, encourager les entreprises qui font des efforts, qui réduisent leur impact environnemental, qui réduisent les déchets. Faire comprendre au consommateur qu'il a le pouvoir de changer les choses en achetant auprès des producteurs les plus engagés et que ça ne coûte pas forcément plus cher.

Et quand on a un produit dont la date est dépassée dans ses placards, on ne le met pas forcément à la poubelle !