Les Petites cantines, c'est un réseau de cantines associatives de quartier né il y a 5 ans à Lyon, dans l'idée de proposer des lieux de convivialité aux habitants.

En cuisine, tout lemonde participe
En cuisine, tout lemonde participe © Radio France / Lionel Thompson

La petite cantine de Perrache, hébergée par un hôtel du quartier, Le Simplon, était la deuxième du nom. Ce matin là, comme toutes les semaines du mardi au vendredi, une dizaine de personnes sont réunies autour de la table et se livrent au rituel des présentations.

Je m'appelle Bénédicte, je viens assez régulièrement aux petites cantines. Ma météo du jour ? Ca va super bien, je suis toujours contente de venir aux petites cantines !

Des retraités, des actifs, des étudiants... La seule chose qui réunit toutes ces personnes c'est l'envie de passer un bon moment ensemble, explique la maîtresse de maison, Orlane, salariée de l'association.

Il y a beaucoup de gens qui peuvent vivre des moments de solitude et qui souhaitent avoir un lieu de vie où ils peuvent venir pour rencontrer des gens, créer du lien, partager des moments conviviaux. Quand on cuisine ensemble, qu'on épluche des légumes, qu'on fait un bout de vaisselle, on papote, on crée quelque chose ensemble.

Mettre la main à la pâte

En cuisine, tout le monde met donc la main à la pâte, comme à la maison. Thierry, jeune retraité du quartier, s'est attaqué au dessert.

C'est la sixième fois que je viens. Je vais venir régulièrement, au moins deux fois par semaine. Ce qui me plaît ? Faire la cuisine, partager. Souvent c'est les femmes qui font la cuisine à la maison, là c'est tout le monde ! Là, on fait un gâteau roulé à la confiture. C'est la première fois que je fais de la pâtisserie.

Au menu, outre le roulé à la confiture, une salade de chou coleslaw et un risotto aux légumes, des produits si possible locaux et bio. Une fois le repas confectionné, tout le monde se retrouve à table, rejoint par d'autres convives, avec un principe simple au moment de l'addition.

Notre modèle économique, c'est le prix libre. Ca permet d'accueillir tout le monde, il n'y a pas de minimum, il faut juste participer. On a quand même un indicateur : notre prix d'équilibre, c'est 12 euros. Ceux qui peuvent donner plus, ça équilibre pour ceux qui ont moins de moyens et donnent moins. La solidarité vient faire une balance.

La petite cantine de Perrache organise aussi des dîners avec animation ou spectacle, deux fois par mois et le souhait d'Orlane est tout simple.

Qu'il y ait encore plus de petites cantines pour que plus de gens découvrent le concept. On passe des moments tellement extraordinaires que j'ai envie qu'il y ait plus de personnes qui le vivent.

Un vœu en partie réalisé puisqu'il y a déjà d'autres petites cantines à Lille, Strasbourg, Annecy ainsi que d'autres en projet ailleurs en France et jusqu'en Belgique.