Qui a le plus beau physique, la plus belle plastique ? Laëtitia Bernard vous raconte l'histoire d’Yves et de Marie-Astride qui ont obtenu le week-end dernier dans le Val d’Oise leur billet pour l’élection de miss et mister Univers

image générique d'un couple de culturistes
image générique d'un couple de culturistes © AFP / MRBIG_PHOTOGRAPHY

Sur scène, les juges examinent, comparent la qualité et la symétrie musculaire, mais aussi la présence et la manière de poser. Il y a  un aspect artistique, il s’agit de convaincre, et présenter le résultat d’un invraisemblable travail de préparation.

Travail de musculation d’une part

Au moins cinq entraînements par semaine. Yves et Marie-Astride dans la dernière ligne droite avant la compétition passaient quatre heures par jour dans la salle, en plus de leur emploi.

Préparation alimentaire aussi : plus de féculents pour Marie-Astride par exemple depuis presque trois mois.

Il faut en passer par la sèche : objectif pas uniquement une perte de poids mais que les muscles soient le plus apparents possible. Comment fait-on ? Plus aucun sucre, même pas de fruits, pas de poivrons, du poisson blanc à tous les repas quasiment, c'est un peu monotone, et boire d'abord beaucoup d'eau... puis de moins en moins.

Yves est coatch sportif

Quand il a rencontré Marie-Astride, il y a environ deux ans, il venait de participer à sa première compétition et de se qualifier à l’élection mister Univers, alors elle l’a accompagné, puis elle a essayé la musculation.

Elle a progressé et elle a voulu aussi se lancer dans la compétition. Tous les deux décrivent une sorte d’euphorie d’engouement pendant la préparation, l'hygiène de vie leur plaît aussi, et puis ils voyagent...

Le weekend dernier ils ont terminé troisième de leur catégorie à l'open national, ce qui leur donne le droit de participer à l'élection miss et mister univers dans dix jours à Acapulco.

Mais ils ne concourront pas... parce qu'ils ont autre chose à préparer : leur mariage.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.