Les championnats du monde d'athlétisme se poursuivent à Doha, au Qatar. Des championnats qui suscitent la controverse car il fait affreusement chaud et humide : les sportifs souffrent et le bilan carbone est déplorable, car pour climatiser le stade qui est ouvert, il en faut de l’énergie !

Pourtant, les stades verts, ça existe !

Il suffit de prendre les exemples de nouveaux stades ou de ceux qui connaissent une importante rénovation, où l'écologie est au cœur du projet. Celui qui a le plus fait parler est le stade de Brasília,  dont le toit est équipé de plus de 9 000 panneaux photovoltaïques qui lui permettent d'être autonome en énergie, il y a aussi des réservoirs pour récupérer l'eau de pluie, l'eau non potable est utilisée pour l'entretien de la pelouse et le fonctionnement  des sanitaires.

Il existe aussi des stades verts en France

Et même de très grosses structures : le stade Océane du Havre ou celui de l’Alliance Riviera à Nice qui est peut être l'un des plus innovants en terme d'éco-responsabilité. Pendant sa construction d'abord, le principe était d'avoir un chantier vert avec tri des déchets et assemblage sur place pour éviter trop d'aller-retours en camion. 

Ensuite, on retrouve les panneaux photovoltaïques sur le toit, les réservoirs pour l'eau de pluie, on s'approprie aussi les vents dont l'air se propage dans les murs via des grilles d'aération pour ventiler les salons et les locaux techniques. Et est-il besoin de le préciser, on pratique le tri des déchets, le papier et le carton seront recyclés, mais on essaie aussi de les réduire ces déchets : un programme qui s'est beaucoup rependu ces dernières années dans les stades est celui de l'éco cup, une consigne d'un ou 2 euros par gobelet en réutilisable.

D’autres pistes pour améliorer la situation

Une des questions qui revient le plus est celle des modes de transport pour se rendre sur un événement sportif. Exemple avec mes Jeux Olympiques de Londres en 2012, où les détenteurs de billets avaient l'accès gratuit aux transports en commun.  

Un tournois féminin, les internationaux de Strasbourg. Les organisateurs ont mis l'écologie au centre de leur événement, les bâches qui recouvrent les courts sont par exemple issues de plastiques recyclées, et ce tournois est devenu une référence pour l'ADEME l'Agence de l'énergie et de la maîtrise de l'environnement.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.