C'est une une publicité qui faut beaucoup réagir à l’autre bout du monde, au Japon. Cette pub, elle est l’oeuvre de Nike, la célèbre marque de sport américaine à la virgule. Un spot qui met en scène trois jeunes filles jouant au football.

Dans cette vidéo, Nike mélange trois parcours, trois histoires. Celle d’une jeune métisse. Celle d’une étudiante d’origine coréenne et celle d’une jeune fille harcelée à l’école. Trois profils différents, mais trois jeunes filles victimes de discrimination dans la société japonaise. Et ce message : "You can’t stop us". "Vous ne pouvez pas nous arrêter". Ce qui ne manque pas de faire réagir au pays du soleil levant. 

Alors si certains applaudissent des deux mains la prise de position de Nike pour dénoncer le racisme et la difficile intégration des minorités au Japon, d’autres regrettent que la marque américaine pointe du doigt le Japon, montre une image négative du pays. Et certains vont jusqu’à appeler au boycott des produits Nike. 

La marque à la virgule est devenue une habituée de cette communication

Et ce slogan, "You can’t stop us", ce n’est pas la première fois qu’on le voit. Cet été déjà, la marque mettait en scène des stars du sport et des sportifs amateurs dans une pub où l’image était coupée en deux, deux scènes différentes qui formaient un même mouvement. Et ce message, après le confinement. Vous ne pouvez pas arrêter le sport, vous ne pouvez pas nous arrêter. 

Cela fait un moment que Nike a quitté la publicité pure pour aller sur le terrain de la politique. Quitte à faire de la propagande. Le tournant, c’était il y a deux ans. Nike avait alors mis en scène dans une pub Colin Kaepernick, le joueur de football américain ostracisé pour avoir mis le premier un genou à terre pendant l’hymne américain, pour dénoncer les violences policières. 

On y voyait le visage de la star, de face. Et ce message : "Crois en quelque chose. Même si cela signifie tout sacrifier". Du marketing engagé, en somme. Et déjà il y a deux ans, certains avaient appelé au boycott des produits Nike.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.