Le club de football de la Berrichonne de Châteauroux traîne sa peine au fin fond de la Ligue 2, mais rêve de jours meilleurs. Avec un nouveau propriétaire, un prince saoudien. Qui se fait attendre.

Le stade Gaston Petit à Chateauroux
Le stade Gaston Petit à Chateauroux © LBC

Ce soir, la Berrichonne de Châteauroux joue un match très important à Pau, en Ligue 2. La "Berri", comme on la surnomme, joue un peu sa survie, car le club est aujoud'hui 20ème et bon dernier, décroché du reste, et file gentiment mais surement en troisième division. 

Les temps sont durs. Mais à Châteauroux, le rêve est permis. La Berri va retrouver les sommets, venir concurrencer le PSG et l'OM, mais si je vous assure ! Vous entendrez bientôt "Châteauroux n'est plus qu'à un point du titre, devant Paris et Lyon", "la Berri en Ligue des Champions", et pourquoi pas ? Le rêve est permis je vous dis, car le club est en passe d'être racheté par... un prince saoudien ! 

Oui, après le Qatar au PSG, les Américains à l'OM, voici les Saoudiens dans le Berry ! Abdullah Bin Mossad a jeté son dévolu sur la Berrichonne de Châteauroux ! Il faut dire que le prince est un connaisseur, il possède déjà quatre clubs, dont celui de Sheffield United en première division anglaise. Et la Berrichonne pourrait servir de pépinière.

Sauf que là.... ça traine en longueur !

Et pas qu'un peu, cela fait déjà presque un an que cette histoire a commencé, et ce n'est toujours pas terminé ! En fait, cela fait des semaines que "ça se précise", mais que rien ne vient. Oui, des négociations exclusives sont menées avec le prince saoudien depuis le mois de décembre dernier, pour un montant estimé à 2,5 millions, ce qui est une bonne affaire pour un club professionnel. Mais à l'heure où l'on se parle, le rachat n'est toujours pas officiel. 

Début février, le club annonçait que le dossier était repoussé de  quelques semaines. Le prince était attendu à Châteauroux ces derniers jours, mais personne ne l'a vu. Une assemblée générale doit se tenir lundi prochain pour acter la cession définitive du club. Mais à ce rythme-là, on se demande bien si elle va avoir lieu.  

Et ce ne serait pas la première fois que ça arrive dans le football français. Marseille est resté traumatisé par l'épisode Jack Kachkar, l'homme d'affaire qui avait le droit à son tour d'honneur au Vélodrome, et qui était en fait un escroc. Ce n'est pas ce que l'on souhaite au stade Gaston Petit !

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.