Une grande première ! Habitué à être représenté sur invitation, ce royaume où le tir à l'arc est le sport national enverra Karma, une athlète de 29 ans qui a décroché sa place après s'être qualifiée aux quarts de finale du championnat asiatique de cette discipline. La jeune femme entre dans l'histoire de son pays !

 Karma porte le drapeau de son pays pendant la cérémonie d'ouverture des JO de Rio
Karma porte le drapeau de son pays pendant la cérémonie d'ouverture des JO de Rio © AFP / Franck Fife

Pour la première fois de l'histoire du Bhoutan, ce petit royaume de 800 000 habitants enclavé entre l'Inde et la Chine, une de ses athlètes a décroché une place pour les jeux olympiques, en tir à l'arc. Jusqu'à présent le Bhoutan envoyait des sportifs aux jeux olympiques, depuis 1984, mais uniquement sur invitation, grâce à  ce qu'on appelle le principe d'universalité : ces invitations sont attribuées à de plus petites nations sportives ou en développement afin d’assurer la diversité aux Jeux. 

Mais le week-end dernier, au championnat asiatique de tir à l'Arc, une jeune femme est entrée dans l'histoire de son pays, elle s'appelle Karma, elle a 29 ans, en atteignant les quarts de finale, elle a réussi à obtenir un quota olympique pour Tokyo, une immense fierté pour elle, qui avait déjà disputé les jeux de Rio mais grâce à une invitation :

J'ai le sentiment que mon rêve devient réalité, maintenant je peux rivaliser avec les autres, merci beaucoup.  

Il faut savoir que le tir à l'arc est le sport national au Bhoutan - d'ailleurs, que ce soit sur invitation ou désormais grâce à des qualifications, les athlètes bhoutanais ne sont présents aux jeux que dans cette discipline, bien plus q'une tradition ancré dans les légendes où les arcs et les  flèches servaient à chasser pour se nourrir et à détruire les mauvais esprits, des flèches pour combattre les envahisseur également... 

Des compétitions se tiennent chaque mois dans le royaume, les jours considérés comme de bonne  augure,  elles opposent deux équipes de 11 tireurs chacune, qui doivent atteindre le plus de fois possible le centre d'une cible fixe située à 140 mètres de distance. À chaque victoire, un cri de guerre, un danse et un chant - attention la danse des gagnants est différentes de celle des perdants. Aujourd'hui pourtant, les observateurs notent un déclin, depuis que la télévision a été autorisée  en 1999 et que de nouveaux sports comme le football sont apparus… 

Toujours est-il qu'à Tokyo  il y aura bien une représentante du Bhoutan en tir à l'arc qui tentera de décrocher la première médaille dans l'histoire du pays.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.