Le Soudan est en pleine transition depuis la chute du dictateur Omar El Béchir en avril dernier. Les lignes sont en train de bouger comme en témoigne cette naissance d’un championnat féminin de football pour la première fois dans l’histoire du pays.

Les joueuses de la Ligue de football féminin du Soudan, club Abbasiya, à Omdurman
Les joueuses de la Ligue de football féminin du Soudan, club Abbasiya, à Omdurman © AFP / ASHRAF SHAZLY

Ces images auraient été difficiles à imaginer il y a encore un an, dans un pays qui prônait alors un islamisme radical,  des femmes qui disputent un match de football dans le stade national de Khartoum et applaudies par des supporters masculins et féminins : c’était lundi soir, pour la première rencontre de la toute nouvelle ligue féminine.

21 équipes composent ce nouveau championnat, quatre villes accueilleront des matchs

Un championnat aux dimensions politiques, « pouvoir civil » scandaient par exemple les supporters dans les tribunes lundi soir, le tout sous les yeux de la nouvelle ministre des sports, présente évidemment au match inauguration, tout comme de nombreux diplomates. La formation d'une équipe nationale est également en projet.

Est-ce que des femmes pouvaient jouer au foot avant la chute d'Omar El Béchir ?

La pratique n'était pas interdite mais mise à l'écart : manque de financement, de lieu d'équipement, méfiance des autorités, critiques des membres des familles de certaines joueuses qui voyaient le foot comme un sport uniquement de garçons, mais il y avait aussi des pionnières, comme Salma Almajidi première femme à entraîner une équipe masculine dans son pays. 

Elle s'était prise de passion pour le foot en allant aux entraînements de son jeune frère et à la fin de chaque séance, elle discutait avec le coach, qui a fini par la laisser travailler avec lui. On pourrait aussi citer l'exemple de Sara Edward, qui avait fondé une équipe féminine en 2015 et avait suivi une formation à l'étranger pour entraîner. L'équipe s'appelait alors "Le Défi", en référence à tous les obstacles qu'il fallait surmonter...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.