Laetitia Bernard nous emmène au Centre de ressource d'expertise et de performance sportives d'Ile-de-France, le CREPS de Châtenay-Malabry, mais pas pour nous parler de futurs champions... C'est dans ce lieu qu'a été tourné une partie du film "Proxima" avec Eva Green et Matt Dillon sorti la semaine dernière.

Eva Green dans "Proxima"
Eva Green dans "Proxima" © Pathé

Imaginez cinq camions régie,  une équipe de tournage de plus de 45 personnes (techniciens, maquilleuses...) et des acteurs ultra célèbres qui prennent leurs quartier pendant plus d'un mois dans ce lieu habituellement dédié à la formation et à la préparation de centaines de jeunes sportifs de haut niveau. Il a fallu un peu d'organisation, par exemple quinze jours de tournage sur la période des vacances scolaires de février 2018, quand il n'y avait pas grand monde. Faire déménager médecins et kinés car leurs salles de travail étaient utilisées... 

Pas de quoi perturber la direction de l'établissement et son personnel, plutôt ravis de l'expérience, qui ont d'abord accueilli les équipes  de production  pour des repérages, travaillé avec elles pour mettre à disposition les espaces dont ils avaient besoin : le grand parc classé de 17 hectares, mais aussi les grands couloirs qui peuvent faire penser à des bâtiments russes moyennant une bonne décoration... 

Proxima raconte l'histoire d'une astronaute française maman d'une petite fille, choisie pour une expédition spatiale d'un an : sa préparation, ses angoisses à l'idée de laisser son enfant aussi longtemps... plusieurs scènes ont été tournées à Cologne et en Russie, mais Châtenay-Malabry a pris le relais et si vous regardez attentivement le générique de fin vous verrez apparaître le CREPS dans les remerciements.

Evidemment, on peut penser à l'aspect financier, les locaux sont loués mais à des tarifs nettement moins élevés que ce qui peut se faire dans le cinéma précise-t-on, on est pas sur des prix d'Américains... La structure est aussi et surtout très impliquée dans la vidéo et se positionne comme un lanceur d'alerte sur les réseaux sociaux, avec différents films pour sensibiliser  sur problèmes de radicalisation dans le sport,  les violences sexuelles.. etc. Le fait de participer à ce projet était une véritable ouverture, l'occasion aussi pour plus d'une centaines de figurants locaux de faire leurs premier pas devant les caméras, et pour une bonne partie du personnels du CREPS, pour la petite histoire, d'avoir quelques photos avec Eva Green ou Math Dillon,  à tel point que sur place on se dit prêt à recommencer volontiers dès que l'occasion s'en présentera.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.