C’est un défi inouï : courir 800 kilomètres dans les Rocheuses américaines, avec plus de 30 000 mètres de dénivelé positif. Il veut relier la frontière canadienne et les environs de Portland, le long de la côte Ouest des Etats-Unis.

Le skieur français François D’Haen
Le skieur français François D’Haen © AFP / Jeff Pachoud

François D'Haene ce n'est pas n'importe qui, c'est un monument de l'ultra-trail. A 34 ans à peine, il a déjà remporté quatre "Diagonales des fous" (165 km pour traverser La Réunion), trois ultra-trails du Mont Blanc, et même le record du GR20 en Corse, parcouru en 31 h 06.

Aujourd'hui, il s'attaque à une autre course mythique : le Pacific Crest Trail. Au niveau des distances et dénivelés, c'est un peu comme si vous vouliez faire Strasbourg-Nantes à pied, avec l’équivalent de sept Mont-Blanc à gravir sur la route. Il espère mettre huit jours (192 heures).

En solitaire ? 

Il est accompagné par deux meneurs d'allure (eux pourront se relayer)... mais aussi un assistant pour la logistique. Ils ont déjà pris des repères hier et avant-hier. Par - 4 °C et un peu de neige, la météo l'inquiète un peu... 

C'est vrai que le défi a de quoi effrayer un peu, mais d'un autre côté avec la beauté des paysages dans les montagnes rocheuse, la faune, la flores... Il sait qu'il va aussi vivre des moments magiques 

Qu'est ce qui lui donne la force de faire ça ?  

Il en parle très bien sur son site internet : l'ultra trail lui a "permis de trouver  le moyen d’être en adéquation avec ses besoins de liberté en montagne, de plaisir, de compétitivité, de découvertes et de voyages… En restant en adéquation avec lui-même, il trouve un plaisir émotionnel très intense, nourrissant et complémentaire du plaisir physique qui se reflète dans sa pratique et ses performances… "

Visiblement il  semble avoir aussi besoin de dépenser pas mal d'énergie, juste un exemple pour essayer d'imaginer ce que peut représenter un ultra trail, quand il fait la diagonale des fous, on parle d'une course de 165 km, il va mettre environ 25 heures, il mange une barre de céréale par heure, boit presque un litre par heure et à l'arrivée il pèse quand même moins lourd qu'au départ... 

Fait-il de l'ultra-trail à plein temps ?

Il est aussi vigneron, avant il était kiné, mais depuis quelques années il est installé dans le Beaujolais avec son épouse, une autre manière de rester en contact avec la nature...  si on peut dire...

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.