A peine rentrés du Mondial en Égypte, les handballeurs sont au four et au moulin en ce mois de février. Les matchs vont s’enchaîner de façon effrénée, et les joueurs ont peur pour leur santé !

Ludovic Fabregas lors du match France-Allemagne lors des mondiaux 2021
Ludovic Fabregas lors du match France-Allemagne lors des mondiaux 2021 © Getty

Leur calendrier est bien chargé ! Celui des handballeurs, qui font face à des cadences infernales ! En fait cela concerne tous les meilleurs joueurs. Francais et étrangers. Ceux qui jouent les coupes d'Europe et en particulier la Ligue des Champions. Depuis leur retour du Mondial en Égypte, il y a une semaine a peine, c’est la course. 

Prenez le PSG handball, et tous ses internationaux français, danois ou espagnols. Qui sont allés jusqu’au bout de leur séjour au pied des Pyramides. Le PSG enchaine les matchs, en  Ligue des Champions et en championnat. Le parcours du combattant a commencé ce week-end en Hongrie, face à Szeged. Un périple de neuf matchs rien qu’en février pour les parisiens. 

Seulement un de moins pour le HBC Nantes, l’autre club français engagé en Ligue  des Champions, qui reçoit Aalborg demain avant d’enchainer avec un déplacement à Zagreb. Bref c’est bien pour cumuler des Miles, mais pas pour les corps. Qui ont déjà encaissé 11 matchs internationaux le mois dernier. Sans compter l’incertitude de ce même calendrier à cause du Covid. 

Le PSG aurait du jouer ce soir et jeudi mais les deux matchs doivent être encore planifiés et planent au-dessus des têtes comme une épée de Damoclès. Le match qui devait se tenir ce soir contre le Vardar Skopje a même été reporté quatre fois ! Du coup, physiquement et psychologiquement, c’est compliqué, et les joueurs tirent la sonnette d’alarme. Leur crainte, ce sont les blessures en cascade. Dès les prochains jours.
 

Mais ils ont du mal a se faire entendre 

Et ça ne date pas d’hier, Mathilde. Cela fait plusieurs années que les calendriers des handballeurs sont très chargés, et qu’ils dénoncent les cadences qu’on leur impose. D’ailleurs, il y a deux ans, les plus grandes joueuses et les plus grands joueurs ont  pris la parole, dans une campagne relayée sur les réseaux sociaux, et parmi eux... Nikola Karabatic, in english please :
 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Don’t play the players", ne jouez pas avec les joueurs. La vidéo aurait pu être postée hier, ce serait pareil. Car deux ans plus tard, le problème est le même. Rien n’a changé. Les instances internationales ne les ont pas entendu. Pour alléger la charge, c’est  le système D, comme chaque année a cette période : il faut compter sur l’entraide, s’arranger avec les adversaires. A l’ancienne. En 2021. Et croiser les doigts pour ne pas perdre trop de soldats au combat.

Thèmes associés