Des athlètes ont monté un collectif pour dénoncer l’attitude de leurs dirigeants, alors que la Russie est au cœur d'un scandale de dopage institutionnel et privée de compétitions internationales pendant quatre ans.

Maria Lasitskene lors de l'épreuve de saut en hauteur féminin aux Championnats d'Europe d'athlétisme à Berlin (août 2018)
Maria Lasitskene lors de l'épreuve de saut en hauteur féminin aux Championnats d'Europe d'athlétisme à Berlin (août 2018) © AFP / Grigoriy Sisoev / Sputnik

La Russie est au cœur d'un scandale de dopage institutionnel, et un collectif d'athlètes accuse publiquement ses  dirigeants de n'avoir rien fait pour éviter la suspension qui les frappe.

"Chers athlètes russes, la commission des sportifs de la Fédération a créé cette page pour rester en contact avec vous (...) Elle contiendra toutes les informations sur les mesures que la commission prendra pour changer la situation actuelle de l'athlétisme russe. Soyons actifs ensemble !", voilà ce que dit le message inaugural d’une page Instagram ouverte cette semaine par quatre sportifs dont la triple championne du monde de saut en hauteur Maria Lasitskene et Sergey Shubenkov, champion du monde du 110 mètres haies. 

Une page pour relater leur combat après la publication d’une lettre ouverte dans laquelle ils réclament plus de transparence et critiquent les dernières actions de leur fédération. 

"Tout le monde, sauf apparemment la direction de la fédération d’athlétisme russe, a déjà compris que World Athletics, la fédération internationale, ne prendra aucune mesure tant que les dirigeants actuels de notre fédération ne seront pas remplacés…" et une série de questions précises suit : "Quelles mesures ont été prises, au cours du dernier mois et demi, pour la reprise du processus d'obtention du statut de neutralité (pour les athlètes)? A qui avez-vous écrit ? Qui a écrit ces lettres ? Que vous a-t-on répondu ?" 

Pour le moment la tendance est à l’enlisement : la fédération russe d’athlétisme est déjà suspendue de toute compétition internationale depuis novembre 2015, un processus de réintégration était en cours mais il a lui-même été suspendu en novembre dernier sur fond de soupçons "d'obstruction à une enquête" visant ses dirigeants... 

De toutes façons, c’est le dernier épisode de ce vaste scandale, la Russie est depuis décembre interdite de compétitions internationales pour la manipulation, dans des proportions spectaculaires, de données du laboratoire antidopage de Moscou qui auraient permis d’identifier des centaines de sportifs dopés et protégés entre 2012 et 2015. Concrètement, les sportifs qui ne sont pas concernés par ces échantillons incriminés pourront disputer les grosses échéances comme les jeux ou les mondiaux, mais sous bannière neutre, pas aux couleurs de la Russie.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.