Ce week-end, c'est le début de la Nationale, en rugby. Une toute nouvelle division. Un 3ème échellon créé ex-nihilo, entre la ProD2 et la Fédérale 1. Un tremplin entre le rugby professionnel et le rugby amateur.

C'est une nouvelle division qui se rajoute. ça s'appelle le National, et c'est l'équivalent d'une 3ème division. Un peu comme au foot en fait , ça porte le même nom, et ça regroupe des équipes de tout le pays, dans un système de poule unique. Comme le Top 14. Alors en fait, ce 3ème échellon, il a toujours existé. Mais il était amateur. ça s'appelle la Fédérale 1. Qui existe toujours, mais qui devient de fait le 4ème échellon, comme au foot avec l'ancienne CFA, puis CFA, etc. Bref, le rugby français se dote d'une anti-chambre entre le monde professionnel et le monde amateur.  

ça vient aussi répondre à une urgence...  La crise du coronavirus a laissé sur le carreau des clubs qui devaient intégrer la Pro D2, comme Albi et Massy. Qui se sont vu refuser l'entrée, alors qu'ils l'avaient gagné sportivement. Là, faut bien le dire, les valeurs de l'ovalie ont pris un sacré coup. Voilà pourquoi cette 3ème division, plutôt relevée, vient palier en quelque sorte le manque de solidarité des clubs de l'élite. C'est ce qui a poussé la Fédération Française de Rugby, et son président Bernard Laporte, à imaginer ce nouvel échelon. En réponse à la pandémie et aux injustices qu'elle a créé. 

Alors dans cette 3ème division, il y a 14 clubs. Tous issus du réservoir de la Fédérale 1, qui compte largement assez de clubs pour fournir cette division nationale. On y retrouve quelques grands noms du rugby français : Bougoin Jallieu, Narbonne, Dax, Tarbes ou encore Albi, donc, qui fait un peu la grimace. Et puis il y a des clubs comme Aubenas-Vals, ou comme Blagnac, qui vont profiter de cette opportunité pour se structurer et voir plus loin à l'avenir.

Alors finalement, la Ligue et la fédération ont trouvé un accord de financement de cette 3ème division : 1 million 350.000 euros, à parts égales. Les deux premiers pourront monter en Pro D2... si et seulement si... ils remplissent le cahier des charges, c'est à dire s'ils ont les reins assez solides, financièrement, pour occuper une place à l'échellon du dessus.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.