Le jeune garçon est arrivé dans les Pyrénées orientales un peu par hasard il y a trois ans. C'est là qu'il a été envoyé lors du démantèlement de la jungle de Calais, après avoir fuit la guerre en Ethiopie avec quelques amis en avril 2016, et transité par le Soudan, l'Egypte, Paris puis Calais. Il avait à peine 15 ans.

Il se retrouve dans un centre d'accueil à Sainte Marie, sans papiers, aucun membre de sa famille n'est parti avec lui, il  ne parle pas un mot de français. Dans l'association "Welcome to migrants 66", qui  l'épaule et où il prend notamment des cours de langue, on se souvient de quelqu'un de particulièrement motivé, qui en veut plus que les autres. Pour se changer les idées et occuper ses journées, il commence à courir le long du littoral. C'est un déclic, les membres de l'association remarquent sa nouvelle passion et le mettent en contact avec un club d'athlétisme de Perpignan, l'UPA 66, où il prend une licence. Très vite son potentiel se révèle.

Le 5 et le 10 kilomètres : ses épreuves de prédilection

En octobre, il a pulvérisé le record d'Occitanie sur 10 kilomètres, puis a fini deuxième sur cette même distance du championnat de France cadet qui se disputait à Canet-en- Roussillon.

Aujourd'hui il a trouvé un emploi en alternance dans un magasin de sport de Perpignan et continue parallèlement les entraînements. La prochaine étape pour lui sera, il l'espère, d'obtenir la nationalité française, pour que ses performances au niveau national puissent être homologuées.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.