A 20 ans, la jeune joueuse de tennis britannique a gagné le droit de disputer son premier grand chelem en Australie. Une première victoire pour une gamine née avec seulement avec huit doigts et sept orteils.

Fran Jones
Fran Jones © AFP

Elle s’appelle Francesca Jones. "Fran" de son petit nom. 20 ans, une gamine. 241ème mondiale, seulement, mais sa carrière est devant elle. Et hier, elle a pris un tournant important puisque Fran Jones a battu la chinoise Lu Jia-Jing en deux sets 6-0, 6-1 à  Abu Dhabi, là où se déroulent les qualifications de l’Open d’Autralie. Son 3ème succès d’affilée face à 3 joueuses mieux classées qu’elle. 

Grâce à ce parcours sans faute, la gamine de Leeds, au nord de l’Angleterre, a gagné le droit de disputer son premier tournoi du grand chelem. Elle peut prendre l’avion, direction la bulle de Melbourne, qui doit accueillir l’Open d’Australie le mois prochain, si la Covid le permet. Et vous entendez parler d’elle, car Fran Jones a du talent, elle est ambitieuse, c’est une  battante.

Et elle veut devenir un grand nom du sport.

Ne serait-ce que pour prouver aux médecins qu’ils avaient tort : ils lui avaient dit qu’elle ne pourrait pas jouer au tennis

Fran Jones revient de loin. Elle est atteinte d’une maladie très rare, le syndrome EEC, une pathologie génétique, qui génère de nombreuses complications. Fran est née avec quatre doigts à chaque main. Et sept orteils seulement. Trois au pied droit, et quatre au gauche.

Forcément, c’est beaucoup plus compliqué de jouer au tennis, surtout à haut niveau. Notamment pour l’équilibre. C’est plus difficile de mettre du poids sur les pieds. Et les risques de blessure sont plus grands. Mais vous l’aurez compris, ce n’est pas ce qui va arrêter Fran Jones !