C'est la traditionnelle période des maillots. Avant-hier, le FC Barcelone dévoilait son nouveau modèle pour la prochaine saison…. En France, toutes les équipes de ligue 1 et ligue 2 sortent également leur nouveau jeu de maillots pour la saison à venir, comme Lille en début de semaine ou le PSG hier….

Le maillot de Kylian Mbappe dans le vestiaire du Paris Saint-Germain avant le match de Ligue 1 entre le Paris Saint-Germain et l'Olympique de Marseille au Parc des Princes le 27 octobre 2019 à Paris, France
Le maillot de Kylian Mbappe dans le vestiaire du Paris Saint-Germain avant le match de Ligue 1 entre le Paris Saint-Germain et l'Olympique de Marseille au Parc des Princes le 27 octobre 2019 à Paris, France © Getty / Aurelien Meunier - PSG

C’est la période : avant-hier, le FC Barcelone a dévoilé son maillot pour la prochaine saison. Et en France, toutes les équipes de ligue 1 et ligue 2 sortent également leur nouveau jeu de maillots pour la saison à venir : ça a été le cas de Lille en début de semaine ou encore du troisième maillot du PSG hier.

C’est un moment toujours important pour les supporters, les clubs et les équipementiers - équimentiers qui n’ont pas toujours la tache facile pour se renouveler car il faut absolument, à chaque fois, respecter les traditions de couleurs des clubs, les logos, est-ce que ce sera un maillot avec ou sans col, avec l’écusson du club au centre ou sur un côté … et ce n’est pas toujours simple reconnaît Guillaume Reux. Il est responsable de la marque Umbro en France, qui équipe quatre clubs professionnels dans l’hexagone : "C'est un produit qui doit évoluer mais en même temps qui doit être ancré dans l'ADN et dans les racines des différents clubs, surtout sur les maillots "domicile" sur lesquels on ne peut pas se permettre d'aller à l'encontre d'un esprit historique. Toute la difficulté est de trouver la subtile nuance entre le renouvellement pour susciter l'envie et l'acte d'achat auprès des supporters sans dénaturer l'âme historique des clubs avec lesquels on travaille". Et le public ciblé est différent selon le club.

Sachant que le coût du maillot est un frein pour plein de supporters : aujourd’hui, ça peut aller jusqu’à 150 euros la pièce… 

Alors, c’est bien pour faire un (beau) cadeau à son petit neveu ou à sa petite nièce pour leur anniversaire, si il / elle est fan de foot, ça fait toujours plaisir…. Mais sinon, les supporters gardent souvent le même maillot plusieurs années, même si le nom du joueur, qui est floqué au dos, n’est plus d’actualité.

Aujourd’hui, la vente de maillot ne représente qu’une part infime du budget d’un club, loin derrière les droits TV, le sponsoring ou la billetterie : le club n’encaisse qu’environ 8% de la recette finale. Un tiers va au distributeur ; 30% à l’équipementier ; 10% à l’usine des fabricants ainsi qu’aux intermédiaires de transport… 

Mais alors, pourquoi les clubs s’acharnent-ils autant à booster leur vente ? Simplement parce que les maillots sont indissociables de leur histoire. Guillaume Reux : "Le maillot, c'est la vitrine du club, c'est ce à quoi les joueurs et les supporters s'identifient"

En France, les trois plus gros vendeurs de maillots sont le PSG, l’OM et l’Olympique Lyonnais… 650 mille maillots vendus par an pour le PSG par exemple. 

Il y a quatre clubs en Europe qui dépassent le million de ventes :

  • le Bayern Munich
  • FC Barcelone
  • le Real Madrid 
  • et Manchester United (1 million 800 mille vente par an)
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.