Aucun match de foot, tous les stades ont fermé. Les supporters ont décidé de déployer leurs banderoles ailleurs. Plus de message à la gloire d'un club ou d'un joueur, il s'adresse désormais au personnel soignant. C'est un bel élan de solidarité observé à travers la France.

Sur les grilles de l'Hôpital La Pitié Salpêtrière à Paris le 18 mars 2020
Sur les grilles de l'Hôpital La Pitié Salpêtrière à Paris le 18 mars 2020 © Radio France / Anne Douhaire/France Inter

Les stars d'aujourd'hui n'ont pas de crampon aux pieds. Ils ont des baskets ou des "crocs" en plastique et ils jouent les prolongations sans compter les minutes. Pompiers, médecins, ambulanciers, infirmiers sont en première ligne dans la gestion de l'épidémie de coronavirus. Ils prennent des risques pour sauver des vies, nos vies et celles de nos proches. Et cela, les supporter de football qui ont parfois mauvaise presse l'ont vite compris. 

En Moselle, par exemple, une région particulièrement touchée par le covid-19, le club de foot de Metz a suspendu des banderoles le long des routes sur lesquelles ont peut lire : 

Pour le match de l'année, vous êtes nos champions. 

À Paris, sur les grilles de la Pitié-Salpêtrière, des membres du collectif des ultras du PSG ont déposé une immense bâche noire pour rendre hommage au personnel soignant : 

Trop souvent oubliés. Héros de notre société. Merci au personnel hospitalier !

A Lyon c’est une vieille tradition qui ressort des cartons : un peu plus tôt que d’habitude dans le calendrier, un jeune supporter de l’OL propose à tous les habitants de combattre le coronavirus, de lutter contre l’isolement en allumant leurs lumignons sur les bords de leurs fenêtres, à partir de 20h tous les soirs. Même geste que pour la traditionnelle fête des lumières,  crée il y a cinq siècles en hommage à la vierge Marie. La légende dit qu’elle aurait sauvé Lyon  de la Peste.

A Sochaux, les ultras de la tribune nord de Bonal ont publié un communiqué en début de semaine pour proposer leur aide à ceux qui seraient dans le besoin : des courses, des coups de téléphones à des personnes isolées, des gardes d’enfants des personnels médicaux et hospitaliers.

Les supporters de Caen leur ont emboîté le pas. Ils ont demandé à leurs membres d’être exemplaires pour lutter contre la propagation du virus, et ils incitent ceux qui sont en bonne santé à proposer leurs services à la préfecture du Calvados, de la Manche et de l'Orne, qui recense les volontaires. Ils terminent leur appel avec ces mots : 

Notre solidarité Malherbiste et notre férocité viking poseront un obstacle redoutable sur le chemin du coronavirus 

Il faudra au moins cela. On prend sa peau de bête, et son bouclier, mais on reste sur son canapé !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.