C’était il y a dix ans, un moment de sport exceptionnel… : Nicolas Mahut et John Isner se retrouvent face à face au premier tour du tournoi de Wimbledon. Ils vont livrer un match d’anthologie, le plus long de l’histoire du tennis, disputé sur 3 jours.

Un match d'anthologie qui dura trois jours : c'était en 2010 sur le terrain de Wimbledon
Un match d'anthologie qui dura trois jours : c'était en 2010 sur le terrain de Wimbledon © AFP / Ben Stansall

John Isner lâche sa raquette, tombe à la renverse, foudroyé de bonheur. De l'autre côté du filet, Nicolas Mahut est sans réaction, incrédule. L'Angevin vient de perdre le match le plus fou, le plus épique, le plus long de l'histoire du tennis. 

John Isner et Nicolas Mahut sont restés sur le court. Onze heures et cinq minutes réparties sur trois jours. C'est sur le score ahurissant de 70 à 68 que s'est achevé le cinquième set qui, à lui seul, a duré 8 heures et 11 minutes. 

Quelques heures après, Nicolas Mahut se présente en conférence de presse. Dévasté, anéanti, le regard fixe, les yeux humides : 

"J'avais le sentiment d'être plein d'énergie. J'ai le sentiment d'être indestructible. Je pourrais continuer des heures et des heures. Je voulais continuer. Je n'ai pas baissé la tête pendant trois jours. Je pense que la déception et la tristesse sont à la hauteur de l'investissement, de l'engagement que j'ai pu mettre. J'ai essayé de tenir bon chaque seconde du match. Je me souviens du dernier jeu, mais je pensais que je ne voulais plus la victoire, que lui, Il a fait ce qu'il fallait.

Et ça, Nicolas Mahut ne va pas le supporter

Il va perdre connaissance dans le vestiaire. Son pote Julien Benneteau y était. Il pense que Nicolas Mahut a fait  une chute de tension à la fois physique et nerveuse brutale. 

"Il était un peu groggy, hagard, mais je ne pense pas qu'il savait vraiment où il habitait à ce moment-là. Il va s'en remettre, il peut être fier après un match comme ça."

Nicolas Mahut, a été un exemple pour tous les jeunes ensuite, un exemple de courage et de détermination qu'il faudra retenir. 

Ce match de légende a fait l'objet d'un livre et d'un documentaire. Une plaque commémorative a été fixée sur le court numéro 18, rappelant que c'est à cet endroit précis que John Isner et Nicolas Mahut ont repoussé leurs limites pour se hisser à une hauteur que jamais plus personne ne pourra atteindre ... ?

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.