Toute la semaine nous vous présentons un sportif qui a marqué l'année, ceux qui ont brillé en 2019.Difficile de manquer le phénomène l'été dernier... La coupe du monde féminine de football se passe en France et devant nos écran on remarque cette femme... Portrait de la footballeuse phénomène américaine Megan Rapinoe.

Megan Rapinoe, la footballeuse phénomène de l'année
Megan Rapinoe, la footballeuse phénomène de l'année © Getty / Icon Sportswire

On la remarque par son football d'abord, deux pieds en or, six buts au compteur, meilleure joueuse du tournoi, rien à dire. Elle est au top niveau, elle reçoit d'ailleurs le ballon d'or en début de mois. On la remarque aussi pour son look, ses cheveux couleur lavande sur son aile gauche. Elle ne passe pas vraiment inaperçue. Et c'est pareil pour tout le reste, tout ce qui se passe en dehors des stades.

Megan Rapinoe est engagée, c'est peu de le dire

Cela fait un moment que ça dure, premier combat pour elle l'égalité femmes-hommes. C'est tout un paradoxe, les joueurs de l'équipe nationale américaine gagnent plus d'argent que les femmes. Alors que ce sont elles qui ont les meilleurs résultats. Elles sont quatre fois championnes du monde quand même. Megan Rapinoe et une trentaine de joueuses ont d'ailleurs attaqué leur fédération pour discrimination. 

La Californienne est donc une militante. Elle a très vite rejoint par exemple ce mouvement de boycott de l’hymne américain lancé en 2016, mouvement pour dénoncer les violences policières envers les Afro-Américains. Depuis, elle ne chante pas avant les matchs.

Autre combat de l'Américaine : la défense des droits des LGBT

C’est l’une des premières joueuses connues à faire son coming out en 2012. Elle se bat sur ces questions-là et pour elle « le sport est le dernier bastion de l’homophobie ». La Californienne sait communiquer, elle sait choisir ses mots, comme dans cette guerre ouverte lancée contre Donald Trump… Dernière sortie en date : il faut pousser ce maniaque hors de la Maison Blanche. Démocrate jusqu’au bout des ongles, elle s’attaque régulièrement au président américain. L’été dernier par exemple avant même l’issue finale de la coupe du monde, elle l’avait annoncé : elle ne se rendrait pas à la Maison Blanche en cas de victoire. Et effectivement, les Américaines n'ont pas été reçues.

Megan Rapinoe le prouve donc chaque jour : sur ou en dehors des terrains, elle sait parfaitement tacler.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.