C'est une tradition toujours très attendue par les Anglais mais le contexte très particulier cette année va peser sur le boxing-day de football. Les supporters vont devoir rester chez eux.

Match Leicester/Manchester City (Premier League)à l'occasion du Boxing day le 26 décembre 2018.
Match Leicester/Manchester City (Premier League)à l'occasion du Boxing day le 26 décembre 2018. © Radio France / Cecilia Arbona

Le Brexit et surtout la Covid-19 planent en cette fin d'année comme un spectre sur le boxing-day : un  jour sacré pour les Anglais (c'est un jour férié où on en profite pour aller dans les magasins) et un jour sacré aussi pour le foot anglais.

Du sapin et des jeux

Depuis 140 ans, depuis 1860, on joue au foot au lendemain de Noël, le 26 décembre et c'est un rendez-vous devenu incontournable depuis les années 1960. C'est un peu du sapin et des jeux. Cette année, six matches sont programmés ce samedi, quatre dimanche, dix autres supplémentaires d'ici le 30 décembre.

Familles se rendant au King Power Stadium à Leicester à l'occasion du Boxing day le 26 décembre 2018.
Familles se rendant au King Power Stadium à Leicester à l'occasion du Boxing day le 26 décembre 2018. © Radio France / Cecilia Arbona

Mais ce moment de fête comme on le connait qui n'aura pas lieu. Là où les supporters avaient l'habitude de venir au stade en famille, la plupart vont rester chez eux, notamment à Londres placé au seuil d'alerte maximale : déplacements interdits, matches à huis-clos. La Premier League, le championnat anglais avait déjà connu le traumatisme du confinement du printemps dernier avec les conséquences économiques à la hauteur du poids du football dans ce pays. Même si pour l'instant, le protocole sanitaire mis en place semble fonctionner : sur 1569 joueurs ou membres des staffs testés du 14 au 20 décembre, seuls 7 ont été déclarés positifs.   

Orgie de buts pour le boxing-day de 1963

Avec cette atmosphère particulière pour le boxing-day, il est en général très spectaculaire sur le terrain. Dans cette période de fin d'année, les ambitions peuvent s'affirmer ou au contraire s'évaporer et ça donne lieu à des matches très spectaculaires. Sans remonter à l'orgie de buts lors du boxing-day de 1963 : 66 buts marqués (presque sept par match), avec notamment un 10-1 pour Fulham contre Ipswich. En 2012, plus près de nous, c'est la dernière saison d'Alex Ferguson sur le banc de Manchester United. Les Mancuniens sortent vainqueurs face à Newcastle 4 à 3 au lendemain de Noël. Ferguson exulte : ce succès permettra à Manchester de ne plus lâcher la tête du championnat. Et des rencontres aussi prolifiques en buts, il y en a très souvent en cette période. Si vous aimez le foot, régalez-vous pour ce boxing-day mais sous la couette ou sur le canapé, plutôt qu'en tribune !

Thèmes associés