Fait divers ou fait politique ? Le hockeyeur russe Artemi Panarin est accusé d'avoir agressé une femme. Une histoire montée de toutes pièces selon lui. Même son club dénonce une manœuvre politique ! Car Panarin soutient l'opposant Alexei Navalny, et ça la Russie pourrait lui faire payer ! Quitte à tout inventer.

Artemi Panarin le 10 février 2021 à Philadelphie en Pennsylvanie
Artemi Panarin le 10 février 2021 à Philadelphie en Pennsylvanie © AFP / Tim Nwachukwu / GETTY IMAGES NORTH AMERICA /

C'est une bien étrange histoire. Elle commence comme un fait divers, et elle concerne une star du hockey russe. Son nom, Artemi Panarin. 

Membre de l'équipe nationale de Russie de hockey sur glace - c'est pas rien, c'est un peu l'équivalent du Brésil au foot. Et joueur des New York Rangers, dans la grande et puissante NHL, la ligue de hockey nord américaine. 

Bref, un joueur important. Une vedette dans son domaine. Et Artemi Panarin se retrouve à la une des journaux russes, accusé par l'un de ses anciens entraîneurs en Russie d'avoir agressé une jeune femme de 18 ans à Riga en Lettonie, lors d'une soirée dans un bar qui remonté à 2011. Il y a dix ans tout juste. 

Aussitôt, le joueur s'est mis en retrait de son équipe, mais a démenti catégoriquement être à l'origine de cette agression. 

C'est là que l'histoire prend une autre tournure

Car au lieu de le lâcher, comme on aurait pu s'y attendre en de pareilles circonstances, son équipe des Rangers de New York le soutient. Et cela va au delà. Le club dénonce carrément une manœuvre d'intimidation envers son joueur... pour des raisons politiques !  

En fait, Artemi Panarin est l'un des sportifs russes qui soutient publiquement... Alexei Navalny, l'opposant de Vladimir Poutine. 

D'ailleurs, Andrei Nazarov, l'ancien entraîneur de Panarin en Russie, qui l'accuse d'avoir agressé cette jeune femme, lui reproche dans la même interview ses prises de positions contre le président Poutine et le gouvernement russe. Voilà pourquoi le joueur et son club parlent d'allégations fabriquées par la Russie. 

Fin janvier, Artemi Panarin avait d'ailleurs publié une photo de l'opposant russe, victime d'une tentative d'empoisonnement, sur son compte Instagram, pour demander sa libération de prison. Il est quand même suivi par près de 600.000 personnes, ce n'est pas rien. Et cela fait un moment que le hockeyeur russe a une dent contre Vladimir Poutine. Il y a deux ans, il avait déjà appeler le président à quitter le pouvoir, et dénoncé l’absence d'Etat de droit en Russie. Artemi Panarin qui n'est d'ailleurs pas le seul hockeyeur à soutenir Navalny, mais il est  - peut-être - le premier à le payer.