Amiens, son club de foot et son stade de la Licorne, est en passe de devenir le premier stade zéro déchet de France. Le club veut atteindre cet objectif avant la fin de cette saison, au mois de mai 2020. Et c'est contagieux !

L'attaquant français d'Amiens Sehrou Guirassy (au centre) fête avec ses coéquipiers un but marqué lors du match de football de L1 entre le Stade Rennais Football Club et le SC Amiens, le 10 novembre 2019
L'attaquant français d'Amiens Sehrou Guirassy (au centre) fête avec ses coéquipiers un but marqué lors du match de football de L1 entre le Stade Rennais Football Club et le SC Amiens, le 10 novembre 2019 © AFP / JEAN-FRANCOIS MONIER

Chaque soir de match, en moyenne 12 000 supporters prennent place au Stade de la Licorne. Mais leurs déchets ne se transforment pas en paillettes !  Des restes de sandwiches, des barquettes de frites, des bouteilles en plastiques, des canettes, finissant souvent à la pubelles, sans être triés… ni recyclés. 

Face à ce constat le club décide donc d’agir. Jusqu’au 22 décembre, il met en place une pesée quotidienne de ces déchets. Dans de grands containers sont rassemblés les poubelles du stade mais aussi celles des personnels de bureaux et celles des joueurs. 

Janvier 2020,  début des grandes manœuvres

Adieu objets à usage unique ! plus un verre, plus une paille ou une barquette à la Licorne !

  • La vaisselle jetable sera remplacée par des assiettes biodégradables en amidon de maïs. 
  • Les bouteilles en plastique par des gobelets réutilisables (quinze mille par rencontre). 
  • Des poubelles de tri, installées dans le stade, surveillées par une brigade « zéro déchet » pour éviter les erreurs. 
  • Les soirs de match, la nourriture invendue, sera redistribuée à la banque alimentaire. 

Et puis pendant la semaine, les administratifs du club et les joueurs vont aussi être mis à contribution. 

Plus question de gaspiller les aliments servis à la cantine. Ils pourront les emporter dans des lunch box ou bon vieux Tupperware. Une distribution de cette nourriture via l'application TooGoodToGo est aussi envisagée. 

Amiens n’est pas la seule équipe sensible à l’écologie

En France, de plus en plus de clubs professionnels sont sensibles à cette question écologique, soit parce que la législation les y oblige, soit effectivement par conscience écologique. 

La Ligue de football professionnel a signé un partenariat avecle WWF, pour sensibiliser le monde du football à la protection de l’environnement et de la biodiversité. Normal, quand on sait que toutes les quatre minutes, l’équivalent d’un terrain de football de forêt disparaît de la planète.

Au quotidien, certains clubs ont fait de l’écologie leur priorité : exemple avec le Paris Volley. Pour aller à la salle Charpy où se déroulent les matches, les joueurs utilisent des trottinettes ou les transports en commun.  Les joueurs boivent désormais dans des gourdes et feront moitié moins de déplacements en avion cette saison par rapport à leurs habitudes. Le club du Paris Volley offre des places pour les matches à ceux qui viennent en transports en commun. Là aussi, plus un verre en plastique. Remplacé par des verres consignés. Les bouteilles en verre et les couverts en bambou ont aussi fait leur apparition dans la panoplie du parfait supporter. 

Et puis, si on jette un coup d’œil du côté du rugby, des initiatives similaires : exemple à l’Aviron Bayonnais et à la Section Paloise où l’on a banni les banderoles et drapeaux à usage unique. Désormais, en rentrant dans le stade, on se sert dans des bacs. On encourage son équipe préférée et on remet le drapeau à sa place à la fin du match. 

Y’a plus qu’à choisir la couleur !

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.