Eliezer Sherbatov, le capitaine de la sélection israélienne de hockey sur glace, a pris une décision historique. Cette saison, il part jouer en Pologne, à Oswiecim. Là même où se trouve l'ancien camp nazi d'Auschwitz. Un choix assumé, réfléchi, mais qui fait vivement réagir en Israël.

Eliezer Sherbatov,  capitaine de la sélection israélienne de hockey sur glace
Eliezer Sherbatov, capitaine de la sélection israélienne de hockey sur glace © Getty / Doris Heimann/picture alliance

Il s’appelle Eliezer Sherbatov, et c’est le capitaine de l’équipe nationale de hockey sur glace... d’Israel. Modeste nation du hockey, bien loin derrière les cadors que son le Canada, les Etats-Unis, la Russie ou la Suède. Israël et son capitaine Sherbatov pointent au 34eme rang mondial. Israël ne compte que 700 joueurs, et trois patinoires. Eliezer Sherbatov lui, a grandi au Québec, a Montréal, dans une famille juive d’origine russe. Il rêve de jouer dans la NHL, le grand championnat nord américain, comme ses co-équipiers de la ligue junior majeure du Québec. C’est l’antichambre de la grande NHL. Mais sa carrière le conduit finalement en Europe, et notamment au Kazakhstan. Avant de rejoindre la Pologne cet été, et un club pas comme les autres : Oswiecim. Le nom polonais... d’Auschwitz ! Le capitaine de l’équipe d’Israël à Auschwitz. Là même où se trouve l’ancien camp nazi. Et ce n’est pas un hasard. C’est une décision réfléchie, assumée et revendiquée par Eliezer Sherbatov, comme il l’a expliqué à nos confrères de l’AFP :
 

Je savais que ça allait faire parler, dans le monde entier.  Et c'est une motivation supplémentaire pour moi. C'est la raison pour laquelle je suis là. Pour montrer aux Juifs que même 75 ans après l'Holocauste, nous pouvons réussir partout dans le monde. Y compris ici à Oswiecim, devant les supporters qui vont nous encourager. Forcément, je suis déçu par certaines critiques. Mais je ne peux en vouloir à personne, car chaque Juif a vécu l'holocauste à sa façon... 

La décision du hockeyeur ne passe pas inaperçue, et elle fait débat en Israël

Il se doutait bien que sa décision allait faire parler, réagir, surtout en Israël. Beaucoup sont étonnés par ce choix, mais certains vont jusqu’à crier à la trahison. Voire à la provocation, en cette année très particulière, du 75ème anniversaire de la libération des camps. d’Auschwitz-Birkenau. Le mémorial d’Auschwitz lui vient au secours du hockeyeur, en disant qu’il "comprend mieux" l’histoire. Il faut dire que le contexte est particulier, tendu même, la Pologne niant toute connivence avec l’Allemagne nazie. D’ailleurs, la loi polonaise a bâti l’expression "camp de la mort polonais", et punit désormais ceux qui accusent la Pologne de participation aux crimes nazis. Eliezer Sherbatov lui, a promis de se rendre très vite au camp d’Auschwitz, et rêve de finir sa carrière en Israël. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.