Alphonso Davies joue au Bayern de Munich, l’une des équipes les plus impressionnantes, cette saison, en Ligue des Champions. Il n'a que 19 ans mais il en est déjà à sa troisième vie...

Alphonso Davies
Alphonso Davies © AFP / Ben STANSALL

Les supporters et ses coéquipiers le surnomment "Usain", à cause de sa vitesse de course, référence vous l'aurez compris au sprinteur jamaïcain Usain Bolt. Alphonso Davies commence à avoir pour habitude d'être le chouchou des fans, ceux du Bayern où il brille depuis un peu plus d'un an et s'illustre par de nombreuses passes décisives ou quelques buts inspirés, et ceux auparavant de la prestigieuse Ligue canadienne (car le jeune homme a d'abord été un prodige du "sockers", comme on dit là-bas).   

Une discipline qu'il a pu pratiquer grâce à un programme d'aide pour enfant défavorisé

Si ses parents et lui ont été autorisés à immigrer au Canada quand il avait cinq ans, lui est né dans un camps de réfugiés au Ghana. Sa famille est originaire du Libéria et a fui la deuxième guerre civile (1999 à 2003). 

Pendant les premières années de sa vie, il a connu la précarité et l'insécurité : "Nous n'avions pas de vêtement ni de nourriture" racontera sa mère plus tard. Une fois sur le sol canadien le petit garçon et ses parents s'installent à Edmonton, terre de hockey, sauf que dans la rue c'est plus simple de jouer au football, alors il découvre le socker… et c'est une révélation.  

A 14 ans, repéré par l'un des plus grand club du pays (celui de Vancouver), il intègre son centre de formation. A 15, il fait ses débuts dans le championnat professionnel. Il  fait tout avant et mieux que les autres, il accumule les records pour son jeune âge... A moins de 17 ans, il obtient son passeport canadien et  rejoint la sélection  nationale.   

Puis il rejoint le prestigieux Bayern de Munich 

Un transfert de près de 20 millions d'euro en comptant les bonus, Alphonso Davies change alors, à nouveau, de continent. Son talent sa capacité d'adaptation, son caractère sont quasi immédiatement salués par les joueurs qui le prennent sous leur aile : "Il faudra compter avec lui au Bayern" dit-on, et cela ne se dément pas aujourd'hui. 

Lui reste modeste, ce qu'il veut : "Profiter et que sa famille soit fière de lui" sans oublier son pays d'adoption qui sera coorganisateur du mondial 2026 - qui voyait-on ou entendait-on dans les campagnes de promotion ? Alphonso Davies.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.