Et le sport le lui rend bien ! Entre la bande dessinée, et le sport, c'est une histoire d'amour. Plutôt récente, certes. Mais le monde de la BD s'intéresse de plus en plus au sport, au-délà de la technique et des résultats.

Les bulles aiment les histoires, les destins, parfois tragiques, et le sport en est un pourvoyeur exceptionnel. Preuve en est, cette bande dessinée qui mêle le destin d’un journaliste sportif qui couvre les Jeux Olympiques d’hiver de Garmisch-Partenkirchen, à celui d'une Allemagne nazie qui s'affranchit de toutes les barrières. Nous sommes en 1936. La BD s’appelle "la Désobéissance d’Andreas Kuppler". C’est sorti il y a quelques jours chez Delcourt. C'est la petite histoire qui croise la grande. Le questionnement d’un journaliste, d'un homme, qui n’à pas de raison apparente d'avoir peur. Qui est carté au parti sans y croire. Mais qui est terrifié. Par ce régime qui traque sans relâche, et qui prépare sa grande opération de communication aux yeux du monde entier quelques mois plus tard à Berlin, pour ces Jeux Olympiques qui marqueront l’histoire. Un exemple parfait de ce que le sport en toile de fond peut apporter à cet art qu’est la bande dessinée : un éclairage, et du relief, du coffre.  

Le sport a gagné sa place dans la bande dessinée 

D'ailleurs, depuis l'an dernier, la BD de sport a même son prix, baptisé "Bulles de sport". Et puis les éditions Delcourt, elles, ont carrément lancé une collection consacrée au sport, et c’est une première en France : ça s'appelle "Coup de Tête".  Les deux premières bandes dessinées de cette collection "Coup de Tête" viennent de sortir. La première s'appelle "Croke Park", du nom du stade de Dublin où s'est déroulé le premier "Bloody sunday", en 1920. La BD revient sur cette descente meurtrière des para-militaires britanniques dans les tribunes du stade, et fait des aller retour entre passé et présent, alors que l’Angleterre vient jouer au rugby contre l'Irlande en 2007, à Croke Park. Ce qui permet de bien comprendre ce qu'il s'est passé, de comprendre aussi pourquoi ce match de 2007 avait autant d'importance. 

La seconde s'appelle "Jujitsuffragettes", et nous plonge en 1910, alors que les femmes britanniques se battent pour le droit de vote, une pionnière des arts martiaux en Europe, forme les femmes à se défendre face à la violence de leurs maris et celle des forces de l’ordre. C'est drôle, c'est féministe, et c'est vraiment très réussi.

La Désobéissance d'Andras Kuppler, Corbeyran, Garcia et Degreff, d'après un roman de Goujon, éditions Delcourt / Mirages

Croke Park, Gache et Guérineau, éditions Delcourt, collection "Coup de tête" 

Jujitsufragettes, Lugrin, Xavier et Ralenti, éditions Delcourt, collection "Coup de tête"

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.